Playlist – Ark en 10 vidéos

topark2

Au début des années 2000, la musique électronique française, mondialement représentée par une French Touch au top de sa forme, suscitait le plus grand enthousiasme. Derrière cette puissante locomotive, d’autres acteurs, plus confidentiels mais tout aussi efficaces, agitaient eux aussi les foules à grands coups de maxis toujours impatiemment attendus. Ark était de ceux là, avant que les turbines frenchies ne lui laissent que peu d’occasions de prendre la brèche. 2010, nouveau décor, les gros moteurs flirtent avec la panne tandis que ceux de Guillaume Berroyer, dignes d’une berline, tournent encore. « Arkpocalypse Now », son dernier album fraichement sorti chez Perlon, ne manque pas de le prouver. En dix vidéos, Ark se dévoile un peu plus. PLAY.
blank

ARK – « Satanark »

Clip réalisé à partir d’un de mes tracks, « Satanark », issu du projet « Alleluyark » (quatre volumes vinyls sortis entre 2003 et 2005 sur Circus Company, également réunis sous la forme d’une compilation CD). La synchronisation de la rythmique et des images fonctionne bien je trouve. J’aime aussi le côté ludique et humoristique de ce clip qui illustre bien l’esprit dans lequel je compose ma musique.

blank
APHEX TWIN – « Window Licker »

J’ai choisi ce clip pour Aphex Twin, qui est un musicien de talent, mais plus particulièrement encore pour l’approche décalée du réalisateur Chris Cunningham, qui traite le sujet avec une originalité à contre-pied des clichés du genre (les femmes y sont grosses et laides et se muent en monstres horribles), et qui fait que, même douze ans après sa sortie, ce clip demeure hyper original. J’aime cette sensibilité et cette folie! Cerise sur le gâteau, pendant le générique de fin, on a droit à une version remixée du track, genre poste de radio tombé dans la piscine et émettant des profondeurs. Trés réussi!

blank
SUN RA – « Space In The Place »

Ce film est extraordinaire (à voir dans son intégralité) et constitue une bonne introduction au personnage de Sun Ra, à sa folie et à l’univers complètement barré qu’il a créé autour de lui: spacial, mystico-funk, free jazz, psychédélique, trippant. Sun Ra and his ARKestra 😉 est une grosse influence pour moi. Cycliquement, je revisionne ce film et me replonge dans l’univers; je suis particulièrement fan de la scène du jeu d’échec, moment d’anthologie de cinéma. Avec Sun Ra, pas de demie mesure: soit on comprend et on aime, soit ça ne nous parle pas et on passe à côté!

blank
RABBIT – film d’animation de Run Wrake (UK, 2005)

J’ai découvert ce film d’animation il y a 3 ans et demeure fasciné par la créativité du film, son originalité loin de tout formatage, son design académique volontairement à contre-pied du propos. En fait, quand je fais de la musique, beaucoup d’images, d’histoires de ce genre me viennent à l’esprit, narrent ma musique, nourrissent son développement. Aussi ce film-là m’a immédiatement évoqué l’univers dans lequel j’évolue quand je crée. Pour le dire autrement, ce film pourrait être l’histoire d’un de mes morceaux.

blank
BAD BRAINS – « I Against I »

Bad Brains!! Damned! J’ai compris avec le temps que je ne partagerais pas cet amour avec beaucoup de monde… Personnellement je suis fan, autant de leurs compos hardcore que dub/reggae. Niveau hardcore, ils sont les seuls blacks que je connaisse à en faire, et à mon goût, ils sont meilleurs que la plupart des groupes de cette scène. Ces quatre rastas de Washington sont tout simplement un don de Dieu. De grands musiciens. Et en concert, quelle gifle!

blank
HERBIE HANCOCK- « Rockit »

Grand titre, révolutionnaire à sa sortie (1983), qui inventa le scratch, qui alors n’existait pas. Pour la première fois, des platines étaient utilisées comme instrument de musique. Ce morceau lança un mouvement, et de nombreux DJs scratcheurs l’évoquent comme influence. J’adore le morceau, mais aussi le clip, très original dans son scénario, avec ces mannequins animés qui dansent sur de la funk, et ce montage qui colle aux scratchs.

blank
TALKING HEADS – « Psychokiller »

Ce groupe est fascinant dans son ensemble et David Byrne particulièrement, que j’ai la chance d’écouter depuis tout petit. J’ai dévoré tous leurs disques ainsi que les projets solo de Byrne; un éclectisme sans limite, une vision et une approche musicales qui m’ont beaucoup influencé. Cette version live solo de David Byrne à la guitare sèche puis boîte à rythmes 80′ est superbe…

blank
FISHBONE – « Freddie’s Dead »

Fishbone est tout simplement le groupe que j’aime le plus en 30 ans d’écoute acharnée de musique de tous horizons. J’ai découvert ce groupe à l’âge de 16 ans et je l’écoute toujours avec autant de passion. Leur façon de mélanger les genres et leur attitude m’ont apporté beaucoup dans l’envie, la façon d’aborder et de faire la musique. Qui plus est, ce titre est une reprise de Curtis Mayfield, un grand Monsieur de la soul, et elle est franchement réussie.

blank
THE RESIDENTS – « The Third Reich’n Roll » (1976)

Ce clip est l’occasion de citer The Residents, groupe qui m’a beaucoup influencé dans leur côté théâtral, très humoristique dans la façon de composer. Ici, ça commence avec un jeu de mots dans le titre, ça se poursuit avec une parodie du Ku Klux Klan représenté dansant comme des Papous. J’adore aussi l’esthétique du clip, le noir & blanc pour le côté documentaire oldschool, cette ambiance de bricolage.

blank
PUNCH DRUNK LOVE, film de Paul Thomas Anderson (2001)

Quand je découvre un film comme « Punch Drunk Love », où la finesse et la subtilité du propos me touchent énormément, l’esthétisme et la poésie du film aussi, et où la musique apporte beaucoup à l’image et réciproquement, dans un mariage bande sonore/photographie comme cela réussi, et bien ça m’inspire beaucoup. De plus, je me reconnais un peu dans ce personnage d’original, manifestement ailleurs, pas toujours bien compris.

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire