Edan passe l’épreuve du blind-test

edan

D’abord bercé par la pop et le rock psyché, guitariste de formation jusqu’à étudier l’instrument, Edan eut le déclic à l’écoute des albums des N.W.A., Big Daddy Kane, Ultramagnetic Mcs, et Pete Rock. Autant de légendes qui lui ont donné envie de s’initier à la production, puis de s’emparer du micro alors que personne ne voulait s’en charger. De fil en aiguille, le Mc/producteur de Boston a cultivé sa différence en plaçant un pied dans le hip hop des années 80-90 et un autre dans un registre plus futuriste, puis a sorti deux albums indispensables (« Primitive Plus » et « Beauty And The Beat »). Pour nous, Edan Portnoy s’est prêté au jeu du blind-test.

ERIC B. & RAKIM – « My Melody »

Edan: C’est la face B d’un des meilleurs singles hip hop jamais sorti. Sur la face A, il y avait « Eric B Is President ». Je n’ai pas entendu ces titres à la radio quand ils sont sortis, j’étais encore un peu trop jeune. Je sais que Marley Marl l’a produit, épaulé par Mc Shan. Je crois que, à la base, Freddie Foxx était supposé être au micro mais il ne l’a finalement pas fait. Je ne pense pas que les gens étaient prêts pour ce genre de morceau, avec cette manière de rapper que Rakim avait. A ce moment là, tout le monde rappait très fort comme Run DMC. Lui, il rappait tout en contrôle, il était différent, et ça ne plaisait pas forcément à tout le monde.

Au final, on sait maintenant que Rakim était un des plus grands Mcs de tous les temps. La façon qu’il avait d’associer les rimes était complexe, il y injectait une spiritualité que peu d’autres rappeurs avaient alors. Avec le recul, c’est un des plus grands maxis de l’histoire du hip hop, quelle que soit la face. « Eric B Is President » est un super morceau festif, la production est brute. J’ai toujours pensé que le hip hop devait sonner comme ça. Ce genre de disques m’influence.

DE LA SOUL – « Transmitting Live From Mars »

En fait, c’est un interlude un peu débile qui était au tracklisting de « 3 Feet High And Rising ». Cet album a également eu beaucoup d’influence sur moi comme sur d’autres artistes, surtout les sons originaux choisi par Prince Paul dans ses samples. Aussi, cet interlude a son importance puisque De La Soul a été poursuivi en justice par The Turtles. C’est la première fois que ça arrivait. Plus tôt, je pense que Liquid Liquid aurait pu aussi porter plainte contre Grandmaster Flash et Melle Mell quand ils ont piqué la ligne de basse de « Cavern » pour « White Lines ». Toujours est-il que dans le cas de De La Soul, c’était la première fois que le fait de sampler un disque se terminait en justice. Ca craint, même si ce n’était pas un morceau très important au sein de l’album. Pour vous, cela devait être à la fois bizarre et intéressant d’entendre parler français; pour moi, c’était juste une étrange combinaison de choses.

Ca me rappelle à quel point j’aime les premiers albums de De La Soul, et le travail de Prince Paul à cette époque. Mais ca remue aussi cette histoire de plainte qui m’affecte, moi qui adore sampler. Je ne gagne pas beaucoup d’argent des disques donc je n’ai jamais à payer de trop grosses sommes. Beaucoup de gens achètent des droits comme ils achèteraient de l’immobilier. Ils se foutent de la musique, ils veulent de l’argent. Parce que la propriété intellectuelle est quelque chose que vous pouvez achetez, les gens investissent dessus pour générer des profits.

J’ai découvert ta musique avec « Mic Manipulator », et il y avait ce même genre d’interlude dessus…

Oui, c’est vrai. Je l’ai certainement fait sans forcément penser à cela, mais j’ai fait la même chose en effet. J’utilise souvent des langues étrangères dans mes morceaux, que ce soit de l’hébreu ou autre. D’une certaine façon, ça reflète la richesse du monde que tu connais.

BIG DADDY KANE – « Another Victory »

Kane a influencé énormément de monde. Il a beaucoup de compétence, il est plein de douceur, de contrôle et de confiance. Je suis un grand fan de Kane, surtout de ses premiers disques, de ce qu’il a sorti sur Prism et Cold Chillin. Après son deuxième opus, il a commencé à devenir moins brut, un peu plus lisse. Il a toujours des morceaux efficaces, il est toujours bon, notamment en live. Il a simplement décidé d’aller dans une autre direction, mais a sorti assez de bons disques pour que le reste n’ait pas beaucoup d’importance.

JAMES BROWN – « Fever »

C’est James Brown… Oui, c’est « Fever ». Je ne sais pas quoi dire au sujet de James Brown, si ce n’est qu’il est une des meilleures personnes qui aient existé.

L’as tu découvert par le biais du hip hop?

Non, je le connaissais avant.

Quand tu étais jeune, tu écoutais déjà des artistes qui l’avaient beaucoup influencé, comme Little Richard?

Oui, mais je n’avais aucune idée des connexions qui pouvaient exister entre tous ces musiciens. James Brown, c’est un vrai génie, un des exemples les plus parlants de quelqu’un qui n’avait rien et qui a tout réussi. Même si tout le monde adore James Brown et admet qu’il est le « Godfather of Soul », je crois toujours qu’il est encore sous estimé dans ce monde.

Plus que les Beatles?

Oui, même plus qu’Elvis.

Penses tu que c’est parce qu’il était noir?

Malheureusement, je pense que oui. Personnellement, j’aime tout cela, j’aime James Brown, Bob Dylan, j’aime tout. Je suis très heureux qu’ils aient tous existé. Comme je te l’ai dit, James Brown n’avait rien, mais a tellement fait ensuite. Je ne parle pas seulement de ses idées musicales de génie, mais aussi de son dévouement à l’excellence. Il était très concentré et attentif à tout.

SERGE GAINSBOURG – « Mambo Miam Miam »

Est ce que c’est du Serge Gainsbourg à ses débuts? Je ne connais pas le morceau mais ca sonne vieux. Pour moi, c’est un véritable artiste, autant qu’un farceur.

Comment as-tu découvert sa musique?

Quelqu’un m’a fait écouté quelques chansons, « Bonnie & Clyde » en premier, puis quelques-autres comme « Melody Nelson » et « Initials BB ».  J’aime quasiment tout ce qu’il a fait. C’est le genre d’artistes dont la carrière musicale est toujours restée intéressante malgré les différentes tournures qu’elle a prise. C’est pareil que pour un peintre passé par différentes phases. Serge Gainsbourg était un musicien avec une vraie légitimité. Peu importe la période, il s’est toujours remis en question, est toujours resté vrai envers lui même. Je ne pense pas que Serge Gainsbourg ait fait un jour quelque chose qu’il n’ait pas voulu.

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire