Bilan 2018 – Les 20 clips de l’année

Bilan 2018 – Les 20 clips de l’année

Comme tous les ans à l’heure des bilans, Mowno regarde dans le rétro, et sélectionne pour vous les vidéo clips les plus drôles, les plus originaux, les plus esthétiques, parfois les plus polémiques aussi, sortis ces douze derniers mois. Qu’ils relèvent souvent de grosses productions, ou qu’ils soient parfois faits avec deux ou trois bouts de ficelle tirés par un génie certain, tous auront marqué cette année 2018 à leur façon. Voilà une énième occasion de rendre hommage à la relation plus que jamais étroite que la musique entretient avec l’image.

LE CLIP DE L'ANNÉE

Comment ne pas sacrer This Is America comme le clip de l’année ? En pleine ascension depuis la sortie de son album Awaken, My Love! et la série Atlanta dans lequel il tient le rôle principal, Donald Glover – aka Childish Gambino – a frappé un grand coup au printemps dernier avec cette vidéo politiquement engagée, pointant du doigt la libre circulation des armes à feu, comme le racisme dont souffre aujourd’hui une Amérique qui a manifestement toutes les peines à se mettre dans le droit chemin. Quand elle ne va pas tout simplement à reculons.

ET LES AUTRES

LCD SOUNDSYSTEM – Oh Baby

Ce n’est pas moins que Rian Johnson (Star Wars: The Last Jedi) qui a réalisé ce dernier clip de LCD Soundsystem ou Sissy Spacek et David Strathairn tiennent les deux rôles principaux. Un casting de luxe qui ne fait que donner plus d’impact au scénario ou meurtre, découverte scientifique révolutionnaire, et téléportation se mêlent non sans émotion.

JON HOPKINS – Singularity

Adepte des clips classieux, Jon Hopkins a sorti son meilleur à la rentrée de septembre avec Singularity. Réalisée par Seb Edwards, son ami et collaborateur de longue date, la vidéo retranscrit magnifiquement les notions de destruction et de provocation qui font sa musique, à travers un ballet puissant et violent entre homme et femme.

THE CARTERS – Apeshit

Le couple BeyonceJay-Z a investi le musée du Louvre à Paris pour clipper Apeshit, le premier extrait de leur album commun dévoilé avant l’été, devant La Joconde : une façon pour ces deux monstres de la musique actuelle d’adresser une critique aux institutions culturelles – les Grammys notamment – sous représentant trop souvent le peuple noir.

PRINCE – Mary Don’t You Weep

Thème récurrent chez les artistes afro-américains, les conditions de vie aux Etats Unis sont de nouveau au centre de ce clip posthume de Prince. Un jeune homme tué par balle, son fantôme assis auprès de sa mère en pleurs, et la spiritualité pour toute réponse à la violence des armes à feu.

GRAVEDGR – Rampage

Le nouveau venu GRAVEDGR sert avec le clip de Rampage la preuve que la bass music peut aussi être cinématographique. Le producteur masqué y incarne un tueur psychopathe et assoiffé de sang, qui fait un carnage à coups de pelle en poursuivant ses victimes.

KENDRICK LAMAR & SZA – All The Stars

Kendrick Lamar comme SZA sont plutôt du genre à soigner les effets visuels de leurs clips. La preuve une nouvelle fois avec leur collaboration All The Stars, extraite de la bande originale de Black Panther. Tout comme le film, le budget est là, et c’est beau. Même si très superficiel.

ROSALIA – Pienso En Tu Mira

Avec son mélange de flamenco, de trap et de pop urbaine, Rosalia est le nouveau phénomène en provenance d’Espagne. C’est à grand renfort de singles ultra efficaces, et grâce au soin apporté à chacun de ses clips que la catalane est en train de conquérir le monde. Celui de Pienso En Tu Mira en atteste.

A$AP ROCKY – A$ap Forever

Tout au long de ce clip ou on le voit marcher dans les rues de New York avant de lutter contre la gravité, A$AP Rocky joue avec nos sens, bouscule nos notions d’espace et de temps par des plans de caméra astucieux, des effets spéciaux bien sentis, d’incessantes transitions bluffantes.

THE BLAZE – Queens

Grâce à ses clips, The Blaze est désormais un abonné des rétrospectives annuelles. Après avoir fait de l’exercice son meilleur plan promo, le duo français récidive avec Queens, nouveau chapitre en image qu’il réalise, et ou les relations humaines sont une nouvelle fois au centre du synopsis. Ici, une jeune femme pleure son ami, et les souvenirs défilent.

ANDERSON .PAAK – Til It’s Over

Anderson .Paak ne s’arrête plus. Sur la lancée de son album Malibu, de son side project NxWorries, et de nombreuses collaborations, il lâchait en mars dernier l’inédit Til It’s Over, rien de moins qu’une pub Apple aussi fraîche qu’originale, réalisée par Spike Jonze, avec FKA Twigs incarnant le rôle principal. Rien que ça pour patienter jusqu’à Oxnard, récemment sorti.

THE CHEMICAL BROTHERS – Free Yourself

Réalisé par le duo Dom & Nic, le dernier clip de The Chemical Brothers est une performance technique. Huit mois de travail et recours à une technologie ultramoderne en termes de captures de mouvements ont été nécessaires pour donner vie à ces robots humanoïdes opprimés s’abandonnant totalement à la musique. Qui veut y verra en toile de fond un clin d’oeil à l’intelligence artificielle et son opposition grandissante à l’humanité.

FLEET FOXES – If You Need to, Keep Time on Me

Pour ce clip, Fleet Foxes s’est offert les services de Ryan Heffington, responsable des chorégraphies de certaines vidéos de Sia (Chandelier) et Arcade Fire (We Exist) notamment. Ici réalisateur et acteur principal, il amène son art au sein d’un diner entre amis, comme pour lever le voile et exprimer son ressentiment face à la tension sous jacente qui règne entre les convives.

YOUNG FATHERS – Toy

On le sait : mettre en scène l’enfant est une recette qui fonctionne. Alors leur offrir à chacun un rôle de dictateur promettait un contraste saisissant entre naïveté et puissance. C’est ainsi que Young Fathers a décidé d’illustrer son titre Toy, pour souligner le comportement d’enfants gâtés et capricieux que peuvent parfois avoir les tout puissants de ce monde. Et à vrai dire, on finirait presque par y croire tant réalité et fiction sont à deux doigts de ne faire qu’un.

DRAKE – God’s Plan

Drake abat la carte de l’émotion, mais on se laisse prendre au jeu. Réalisé par Karena Evans, le clip de God’s Plan suit le Mc canadien dans les quartiers pauvres de Miami, ou il offre de l’argent par surprise à ceux qui en ont besoin. Pas loin d’un million de dollars de dons est ainsi distribué pour que des familles payent leurs courses, que des étudiants payent leur scolarité. Entre autres. Et ouais, alors que Noël approche, Drake s’inscrit encore dans l’actualité.

THE BLAZE – Heaven

Et de deux. Si le clip de Heaven est apparu en deça des deux précédentes vidéos de The Blaze (Virile, Territory), il n’est pas moins réussi. Des images sublimes pour illuminer la nature, une ode à l’enfance et à la paternité pour rappeler que la vie peut aussi être rayonnante, et cette émotion qui va de pair avec la mélancolie désormais familière de la house signée par le duo.

TIERRA WHACK – Whack World

Un peu plus tôt cette année, Tierra Whack a sorti Whack World, un album de 15 titres d’une minute. Alors pour prolonger le concept, l’artiste a décidé de ne faire de son opus qu’un seul clip. De 15 minutes. Logique. Pour chaque morceau, les réalisateurs Thibaut Duverneix et Mathieu Léger ont accolé une scénette satirique, drôle ou abstraite. Concept.

RONE – Wave

Rone et le réalisateur suisse Greg Barth font de la solitude le fil rouge du clip de Wave. Sexe en ligne et relations faciles sont ainsi vécues à travers un casque de réalité virtuelle, dans un monde ou le superficiel finit par être plus excitant que la réalité. Critique par l’incompréhension qu’elle suscite, la vidéo ferait presque craindre l’avenir proche.

IDLES – Danny Nedelko

Avec Danny Nedelko, tube de son deuxième album sorti cette année, Idles lance un hymne pro immigration, ici illustré par le (véritable) personnage principal – ukrainien et ami proche du chanteur Joe Talbot – dont le charisme et l’enthousiasme évidents offrent encore plus de résonance à cet hommage à une population anglaise multiculturelle.

A TRIBE CALLED QUEST – The Space Program

On vous l’accorde, le clip de The Space Program n’avait pas forcément sa place ici. Sauf qu’il est la révérence tirée par un des plus grands groupes de l’histoire du hip hop. Phife Dawg nous ayant quitté en 2016, A Tribe Called Quest n’est désormais plus, et a voulu soigner sa sortie en s’offrant les services du réalisateur Warren Fu, déjà crédité aux clips de Snoop Dogg, Daft Punk ou The Weeknd. Bien que l’oppression des afro américains soit de nouveau au programme ici, le groupe dépose un message d’avertissement aux générations futures, laissant ses nombreux fans sur un message d’espoir.


No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.