20 vidéos de concerts à voir absolument en intégralité. Ou presque.

Un groupe peut faire absolument tout ce qu’il veut en studio pour limiter la casse. Sur scène, impossible de faire illusion, et seuls les musiciens mariant talent, charisme et spectacle parviennent à laisser des traces indélébiles dans les mémoires des spectateurs qui, en payant leur place, se sont ni plus ni moins offerts une heure de rêve. Qu’ils soient totalement mainstream, adoubés par un public mélomane et pointu, ou qu’ils soient tout bonnement légendaires, ceux qu’on vous a sélectionné ci-dessous méritent – pour une raison ou pour une autre – qu’on prenne le temps de s’arrêter sur leur show. Parce que, dans ces cas précis, il n’y pas d’autres mots qui conviennent mieux que celui-ci. Et comme toujours, n’hésitez pas à proposer en commentaires quelques vidéos que vous auriez aimé voir figurer ici. Il en manque forcément énormément.


THE NOTWIST – Paris, Café de la Danse – 2012
The Notwist est désormais une des plus anciennes formations d’outre Rhin. Plutôt porté par le punk à ses débuts, c’est à l’arrivée de Martin Gretchschmann (Console) en 1997 que le groupe se tourne plus volontiers vers l’electronica pour un savant mélange qui portera ses fruits sur disque comme sur scène, là ou il démontre sans cesse sa grande maitrise et son incroyable précision.


CYPRESS HILL – Woodstock – 1994
Avec sa personnalité affirmée, en partie due aux productions de Dj Muggs et à la voix atypique car nasillarde de B-Real, Cypress Hill a prouvé que, sur scène, le hip hop pouvait rivaliser avec le rock. En 1994, alors qu’ils venaient de sortir deux excellents premiers albums et qu’ils démocratisaient l’usage du bang au sein de tous les lycées, les californiens se présentaient à Woodstock.


THE EX – Dublin, The Button Factory – 2010
Sur pied depuis bientôt 35 ans, les néerlandais de The Ex ont toujours laissé parler leur soif de rencontre pour constamment faire évoluer leur post punk expérimental. Musique improvisée, jazz, musique africaine sont ainsi venues colorer leur répertoire ces dernières années. Il y a quatre ans, à Dublin, ils concluaient une tournée commune en compagnie du Brass Unbound.


FUGAZI – Boston, Massachusetts College of Art – 2002
Six mois plus tard, Fugazi raccrochait définitivement les instruments, chose que personne aurait pu anticiper à la vue de ce concert. Intense, charismatique au possible, le groupe investissait la scène comme un terrain de jeu, sans setlist, laissant toujours un des musiciens lancer un nouveau morceau. Une véritable leçon, comme à chaque fois.


JESUS LIZARD – Boulder, The Fox – 1997
Impossible de parler noise rock sans aborder le cas Jesus Lizard, groupe phare des années 90 au même titre que Sonic Youth. Mélange bruitiste de punk et de blues, doté d’un chant décadent, sa musique se plaisait à mettre l’auditeur dans l’inconfort tandis que, en live, le groupe – sous l’impulsion d’un David Yow réputé pour son état d’ébriété avancée – se montrait toujours imprévisible.


REFUSED – Clisson, Hellfest – 2012
C’était l’évènement de l’année 2012. 14 ans après avoir sorti un des albums les plus mythiques et inaltérables du hardcore, Refused remontait sur scène pour le défendre, chose qu’il avait trop peu eu le temps de faire avant sa séparation. Portés par un Dennis Lyxzen habitant littéralement la scène, les suédois n’ont pas failli à leur réputation.


LCD SOUNDSYSTEM – Bruxelles, Ancienne Belgique – 2013
L’année de sa mort, LCD Soundsystem investissait l’Ancienne Belgique à Bruxelles pour un show dont il maitrisait les moindres ficelles. On est loin de la magie du dernier show au Madison Square Garden, mais le concert ce soir là reflétait tout le savoir faire du groupe de James Murphy quand il s’agissait de transformer une salle de concert en night club.


THE (I) NOISE CONSPIRACY – Cologne, The Palladium – 2005
Né sur les cendres de Refused, The (International) Noise Conspiracy fut fondé avec la ferme intention d’utiliser son mélange de garage, de soul et de punk rock comme support pour son message politique. ‘Armed Love’, bien que plus pop, fut celui qui s’en chargea le mieux. C’est lui que le groupe défendait à Cologne ce soir-là, avec l’efficacité garantie par Dennis Lyxzen.


ROLLING STONES – San Francisco, Altamont Speedway – 1969
A la fois live et documentaire, ce film revient sur le dramatique concert gratuit donné par les Rolling Stones, et pour lequel ils avaient engagé les Hell’s Angels pour tenir la sécurité. Au milieu du concert, une de leurs interventions fit un mort et plusieurs blessés devant un Mick Jagger incrédule. Un fait divers dramatique qui aura rendu ce concert, et ce documentaire, mémorables.


RAMONES – Londres, Rainbow Theater – 1977
Le 11 juillet dernier, Tommy Ramone décédait, emportant avec lui la certitude que j’avais que, plus jeune, Philippe Manoeuvre était batteur. Il était le dernier membre vivant de ce groupe de punk mythique qui donna plus de 2200 concerts en 22 ans de carrière. Ce concert, filmé en 1977, intervint alors que le combo devenait progressivement un phénomène international.


MOGWAI – Danemark, Roskilde Festival – 2014
Mogwai a aussi fait sa réputation grâce à des concerts conjuguant ambiances atmosphériques et violences soniques. Sa prestation à la dernière édition du Roskilde Festival au Danemark n’a pas fait figure d’exception. Setlist impeccablement pensée, son d’une qualité rare dans ce genre d’évènement, les Ecossais ont solidement défendu leur statut de groupe post rock influent.


ARCADE FIRE – Barcelone, Primavera – 2014
Scénographie, décors, et surtout une avalanche de tubes tirés de chacun des albums font aujourd’hui de Arcade Fire un des groupes les plus incontournables sur scène. Sa première venue au Primavera Sound de Barcelone, devant un public tout entier à sa cause, fut le grand moment du festival, Win Butler et sa bande ayant communié avec les espagnols pendant presque deux heures.


FUTURE ISLANDS – Washington D.C., 9:30 Club – 2014
On vous l’accorde, les concerts de Future Islands ne tiennent qu’à ses tubes, mais plus encore à la présence charismatique de son frontman Samuel Herring. Toujours auteur de pas de danse mémorables, qualifié de chanteur normcore par certains du fait de son apparence des plus banales, il transforme systématiquement chacune de ses prestations en véritable dance-party.


AT THE DRIVE IN – Londres, Electric Ballroom – 2000
A la fin des années 90, loin de sa reformation en demie teinte et intéressée d’il y a deux ans, At The Drive In s’affichait en véritable machine de guerre à chacune de ses apparitions live, notamment grâce à l’énergie insufflée par l’incroyable présence scénique de ses deux mentors, Cedric Bixler (chant) et Omar Rodriguez Lopez (guitare).


QUEENS OF THE STONE AGE – Angleterre, Glastonbury – 2002
Ok, des lives de Queens Of The Stone Age, il y en a des plus longs et surtout des meilleurs. Mais comment ne pas faire figurer celui-ci, quand Nick Oliveri et Mark Lanegan étaient encore là, et que Dave Grohl faisait de ses baguettes de la sciure de bois. Les réunions de ce genre ont été rares, mais Glastonbury y a eu le droit en 2002 au lendemain de l’excellentissime ‘Songs For The Deaf’.


JURASSIC 5 – Belgique, Dour Festival – 2013
Jurassic 5 a beau s’être octroyé une bonne pause ces dernières années, son retour n’en est pas moins bon. Bonnes vibrations et bonne humeur sont toujours au menu du collectif, à l’image de son concert donné l’an passé à Dour. Extrait de concert d’un groupe de hip hop qu’il est impératif de voir au moins une fois dans sa vie.


THEE OH SEES – Paris, City Sounds Festival – 2013
Thee Oh Sees est sans doute un des groupes les plus efficaces du circuit rock actuel. Porté par un John Dwyer aussi talentueux que caractériel, le groupe californien enchaine les tubes garage rock avec une énergie rare, celle qu’il aura l’occasion de démontrer une nouvelle fois cet été pour ses venues à La Route du Rock et à Rock en Seine.


METALLICA – Nimes, Les Arènes – 2009
Ca peut surprendre, mais pour tout ce que Metallica à offrir lors de ses concerts, il méritait sa place. Soli, pyrotechnie, tous les clichés du hard rock sont ici réunis pour devenir un véritable spectacle, support de tubes interplanétaires pour certains. On apprécie ou on en rit, mais cette prestation aux Arènes de Nimes restera certainement longtemps dans les esprits du public présent.


RAGE AGAINST THE MACHINE – Londres, Finsbury Park – 2010
En 2009, en concurrence d’une émission de télé, une campagne Facebook fut lancée pour que ‘Killing In The Name’ devienne numéro 1 du top single à Noel. 1,1 millions de clics plus tard, le titre fut le plus téléchargé de l’histoire du music business anglais, et le groupe reversait tous les bénéfices à une association de sans abris, puis tenait sa promesse d’un concert gratuit à Londres.


OASIS – Manchester, Etihad Stadium – 2005
Va dire à un anglais que Oasis est de la soupe… On peut le penser, mais voir le groupe évoluer dans sa ville, sur le terrain de son équipe de foot favorite, quatre ans avant que la mère Gallagher soit obligée d’organiser deux réveillons de Noel chaque année, c’est sûrement un peu mieux que d’aller voir Luke s’égosiller sur la pelouse du Stade Chaban Delmas…

À lire ou écouter également:

, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 réponses à 20 vidéos de concerts à voir absolument en intégralité. Ou presque.

  1. N.G. 21 juillet 2014 à 17 h 27 min #

    Et Springsteen ? Ses concerts de 3h30 alors qu’il a 63 balais

  2. Laurent 26 juillet 2014 à 18 h 32 min #

    je rajouterai au moins le live au cbgb d’Agnostic front en 2004 parce que representatif de la scene hxc newyorkaise http://www.youtube.com/watch?v=CXYufvzHXno
    et vu qu’on est en france et qu’aucun groupe n’a été cité :
    berurier noir viva bertaga parce qu a la fois temoignage du rock alternatif et passage de relais http://www.youtube.com/watch?v=gm-N1baAWrk
    mano negra tournee generale parce que putain de groupe live http://www.youtube.com/watch?v=9TC_-45X-i0
    et plein d’autres

  3. Bruno Daraudy 28 juillet 2014 à 0 h 13 min #

    « c’est sûrement un peu mieux que d’aller voir Luke s’égosiller sur la pelouse du Stade Chaban Delmas… » ou d’aller à Rock en seine (le plus gros rassemblement de connards de hipsters de France) voir Emilie Simon, arrêtez avec ce parisianisme de merde

  4. Pascale 7 août 2014 à 7 h 28 min #

    Bonne liste. Je rajoute Sigur Ros à Arles ou ailleurs^^
    (Arcade Fire au Zénith en Juin 2014…. fabuleux! )

Laisser un commentaire