Coups de bulles en Octobre – L’actualité BD

topbulles

Bon, la rentrée a été dure pour tout le monde, on sait. Mais comme on n’aime pas faire comme tout le monde et qu’on aime encore moins les rentrées, on a décidé de décaler celle des « Coups de Bulles » d’un mois. Et toc! Du coup, on a un sacré paquet de livres à vous conseiller ce mois-ci, on n’est donc pas sûr d’avoir fait un choix si stratégique que ça au final, mais c’est trop tard de toute façon. Alors, on commence sur les chapeaux de roue!

omni« Omni-Visibilis »
Matthieu Bonhomme & Lewis Trondheim
Dupuis
160 pages

www.dupuis.com
>> voir planche

Hervé Boileau est un type plutôt antipathique, égoïste, imbu de lui-même, et ultra-maniaque. Pas le genre à qui on a envie de souhaiter du bien donc. Pourtant, malgré tous ses travers, on ne souhaiterait pas à notre pire ennemi la malédiction dont il se retrouve frappé ce matin-là. Hervé est en effet devenu on ne sait comment une sorte d’émetteur/récepteur directement branché sur le monde extérieur. Comprenez que le monde entier voit, entend et sent ce que lui-même voit, entend et sent. Outre quelques problèmes d’ordre privé voire intime, Hervé se rend vite compte qu’il devient un objet de convoitise. Sa vie se transforme alors brutalement en enfer. Si vous rigolez encore en pensant aux galères de Bill Murray dans « Un Jour Sans Fin », vous risquez fort d’adorer aussi celles d’Hervé dans « Omni-Visibilis ». Matthieu Bonhomme et Lewis Trondheim vont eux-aussi jusqu’au bout de leur délire, sans aucun respect pour la bienséance. Ils ont aussi l’intelligence de ne pas essayer d’expliquer l’inexplicable, préférant plutôt creuser l’absurdité des situations, absolument irrésistibles. On rit beaucoup et de bon cœur. Une réussite incontestable!

bruno« Fais péter les basses, Bruno! »
Baru
Futuropolis
20 x 27 cm
128 pages

www.futuropolis.fr
>> voir planche

« Snatch » vs « Les Tontons Flingueurs ». C’est l’argument de vente qu’auraient pu utiliser les Editions Futuropolis pour vendre cet album. Jugez vous-mêmes: des petits caïds de banlieue font appel à de vieux briscards rangés des voitures depuis belle lurette pour effectuer le casse d’un fourgon-blindé à priori sans danger. Bien entendu, les choses ne se passent pas exactement comme prévues. Choc des cultures peut-être, choc des générations sans doute, mais une chose est sûre, il n’y a pas d’âge pour se faire entuber. Vous allez donc vous marrer comme des baleines en lisant cette aventure menée tambour battant par le grand Baru. Certaines scènes devraient d’ailleurs devenir des morceaux d’anthologie d’incompétence ganstéristique. Mais Baru ne serait pas Baru sans une chronique sociale en filigrane. C’est donc Slimane, un jeune Africain sans-papier venu en France pour devenir le prochain Zidane, qui va sans le vouloir donner du fil à retordre à tous nos braqueurs. Probable qu’Audiard et ses potes auraient aimé. Une des BD de l’année!

nerd« Apocalypse Nerd »
Peter Bagge
Editions Rackham
17 x 24 cm
120 pages

www.editions-rackham.com
>> voir planche

Le titre, le dessin, même l’intrigue de départ, tout laissait penser qu’on avait affaire à une comédie pour ados. Que nenni! On se retrouve plutôt dans un very bad trip ultra-parano. Perry et Gordo, deux potes un peu losers sur les bords et le centre, partent camper dans les montagnes aux alentours de Seattle. Sur la route, ils apprennent aux infos que la Corée du Nord vient de bombarder Seattle avec une arme nucléaire. La ville est totalement détruite et les radiations vont empêcher les secours d’arriver. Perry et Gordo –tout citadins assistés qu’ils sont- vont donc devoir survivre, coûte que coûte. L’Américain Peter Bagge, auteur culte dans son pays, décrit une véritable descente aux enfers, questionnant les limites de l’humanité (en gros, la fin/faim justifie-t-elle les moyens?) au travers d’une succession de sketches en équilibre entre humour noir et tragédie. La fin est peut-être un peu abrupte, mais on se laisse quand même emporter dans cette extrapolation d’un monde post-apocalyptique, à mi-chemin entre « Mad Max » et un « Koh-Lanta » qui tournerait mal.

coups« Les Mauvais Coups »
Christophe Bon & Sandrine Bon
La Boîte à Bulles
96 pages

www.la-boite-a-bulles.com
>> voir planche

Si vous êtes habitués à lire/regarder des polars, vous ne serez pas forcément très étonné du dénouement de ces « Mauvais Coups ». Vous le sentirez même probablement venir depuis un moment. Or, et ça peut paraître singulier pour un genre qui mise beaucoup sur l’effet de surprise final, ça n’est pas foncièrement gênant. On a en effet beaucoup aimé l’ambiance froide et humide qui se dégage de cet album de Christophe et Sandrine Bon. Le couple y raconte deux histoires, l’une en 1928 (en noir & blanc) et l’autre en 1971 (en couleurs), qui se rejoignent bien entendu dans le drame. Violence, sexe, manipulation, trahison, gens de bonne famille et gens du voyage: les ingrédients de ce thriller sont certes classiques mais très bien maitrisés. La narration et les transitions d’une histoire à l’autre sont toujours subtiles. On peut donc bien de temps en temps envoyer au diable l’originalité quand on a eu moins l’efficacité.

page« Page Noire »
Frank Giroud, Denis Lapière, Ralph Meyer
Futuropolis
21,5 x 29 cm
104 pages

www.futuropolis.fr
>> voir planche

Là aussi, nous avons un polar bien ficelé, mais dont on avait quand même deviné –en partie seulement- le dénouement. A priori, ce n’est pas le cas pour tous les lecteurs sondés dans notre entourage, donc on se gardera bien de dévoiler le secret pour les moins doués d’entre vous (eh, eh). De toute façon, « Page Noire » vaut le détour pour son simple concept. Ecrit à quatre mains par les scénaristes Frank Giroud et Denis Lapière, ce polar met en scène en alternance un mystérieux écrivain et l’héroïne du livre qu’il est en train d’écrire. Pour mieux coller au style de chacun des scénaristes, Ralph Meyer adapte donc de manière radicale son dessin en fonction de l’histoire traitée. Le résultat est pour le moins impressionnant. On est donc vite happé par les deux histoires, jusqu’à… La pirouette finale fera peut-être débat chez vous aussi (vous nous direz), mais on tire tout de même notre chapeau aux trois auteurs de ce livre pour leur audace formelle.

lea« Léa ne se souvient pas (comment fonctionne l’aspirateur) »
Gwangjo & Corbeyran
Dargaud
128 pages

www.dargaud.com
>> voir planche

Certes, le titre peut légitimement faire penser à une bonne vieille comédie franchouillarde des 70s starring Darry Cowl ou Paul Préboist. On est pourtant aux antipodes de l’humour pataud avec ce livre plutôt taraudé par les démons de la création et les affres de la page blanche. Louis Levasseur est un écrivain médiocre et fauché. Jusqu’au jour où il découvre dans une poubelle le journal intime de son ex-voisine, Léa, qui y décrit sa bien étrange maladie: la jeune femme semble avoir totalement oublié les modes d’emploi de tout appareil électroménager. Levasseur romance un peu les choses, donne une symbolique féministe à son héroïne et finit par pondre le best-seller international qu’il n’osait plus espérer. Mais qu’avait vraiment vécu Léa? La création peut-elle laisser en paix le créateur? Le scénario très fin de Corbeyran est magnifiquement mis en dessin par le jeune Coréen Gwangjo dont le crayonné au scalpel excelle dans le travail des ombres et lumières. Un très beau livre.

presque« Presque »
Manu Larcenet
Editions Les Rêveurs
30 X 20 cm
104 pages

www.editionslesreveurs.com
>> voir planche

Les Editions Les Rêveurs ont récemment réédité plusieurs albums de jeunesse de Manu Larcenet. Par manque de place on ne vous parlera malheureusement pas de « On Fera Avec » (2000), qu’on trouve de toute façon un peu adolescent, ou en tout cas moins fin et subtil que ce qu’on a connu de Larcenet par la suite. En revanche, « Presque », pourtant paru deux ans plus tôt, est un véritable chef d’œuvre à côté duquel vous ne devez pas passer. Larcenet y décrit par le menu son année de service militaire. Ne vous attendez pas à des gags genre « Les Bidasses en Folie », hein. On serait plutôt dans « Full Metal Jacket »… Il y a de fortes chances pour que vous fassiez partie de la génération qui n’a jamais fait son service militaire, et la lecture de cet album ne devrait pas vous le faire regretter. Le ton est encore une fois très juste, et la noirceur du dessin évoque déjà ce qu’on retrouvera dix ans plus tard dans « Blast » en plus abouti. Bref, si vous aimez Larcenet, ce livre est plus que conseillé. Si vous n’aimez pas Larcenet, euh, bah on ne peut pas grand-chose pour vous, désolé.

borderline« Metropolitan, Tomes 1&2 »
Julien Bonneau & Laurent Bonneau
Dargaud
56 pages

www.dargaud.com
>> voir planche

L’avantage d’avoir un chroniqueur à la bourre, c’est que vous n’aurez plus guère à attendre pour lire la fin de cette trilogie. Le dernier tome est en effet annoncé pour les fêtes de fin d’année. D’ici-là, vous pourrez déjà dévorer les sous-titrés « Borderline » et « Cocaïne ». Il y a huit ans, le lieutenant de police Vincent Revel a sauvé la vie d’un jeune homme pris d’un soudain malaise dans le métro. Mais ce geste à priori banal a aujourd’hui des répercussions que personne n’imaginait. Les jeunes frères Bonneau entrent dans le monde de la bande-dessinée par la grande porte avec une trilogie policière de haute facture. Personnages complexes, intrigues croisées, rebondissements choc, tous les ingrédients sont là. Et si le dessin est relativement classique, la mise en couleurs magnifique insuffle à ces deux premiers volumes une ambiance pour le moins dérangeante. On pense parfois à la série « Engrenages » pour son esthétisme noir et ses personnages ambigus. On attend le dénouement avec impatience en tout cas. Père Noël, si tu nous lis…

suplex« Princesse Suplex »
Léonie
Editions Manolosanctis
32 pages

www.manolosanctis.com
>> voir planche

On vous avait déjà parlé de cette maison d’édition version 2.0 qui parie sur les talents de la génération Internet (plein de BD à lire gratuitement sur leur site!). Manolosanctis a cette fois-ci permis à Léonie de sortir un joli petit format qui se lit comme une nouvelle. On y découvre Gabi, une jeune femme comme tant d’autres : elle bosse dans un bureau pas très glamour et a une relation « compliquée » comme on dit aujourd’hui sur Facebook. Bref, Gabi n’a sans doute pas la vie de princesse dont elle rêvait petite fille. Alors, elle a pris les choses en mains. Et un soir par semaine, elle devient effectivement une princesse. Princesse Suplex, reine du catch amateur féminin!! Et le pire, c’est qu’elle n’est pas la seule… Voilà un petit livre qui fera sourire la féministe qui sommeille en vous (mais si, chez vous aussi, Messieurs). Si ça se trouve, Hulk Hogan était coiffeur…

Bonne lecture et au mois prochain!

À lire ou écouter également:

4 réponses à Coups de bulles en Octobre – L’actualité BD

  1. mehdi 27 octobre 2010 à 9 h 52 min #

    Tjrs très intéressante et utile votre actu BD ! Continuez, on adore…

  2. kalcha 27 octobre 2010 à 13 h 06 min #

    Merci Mehdi, ça fait plaisir d’avoir des retours!! 🙂

  3. Trebeshka 27 octobre 2010 à 15 h 55 min #

    Lacune, voir même cratère dans tes chroniques! T’as zappé « Château de sable » de Frederik Peeters, c’est sorti ce mois-ci, et c’est une bombe!
    13 touristes sur une plage, tout va bien. Mais passé les premières pages, le malaise s’installe, et le crayon de Peeters te happe comme un vulgaire foetus dans des toilettes!
    Ce serait dommage de passer à côté, vraiment.

  4. kalcha 28 octobre 2010 à 9 h 52 min #

    Merci du tuyau, je vais me rencarder sur cet album… 😉

Laisser un commentaire