Coups de bulles en Mars – L’actualité BD

topbd1

« Oh! hé! hein! bon! » vous aurait répondu Nino Ferrer. Oui, on sait, on est encore à la bourre pour nos Coups de Bulles. Mais moins que le mois dernier. Et plus que le mois prochain. Enfin, normalement. Et en plus, vous allez râler parce qu’on n’a pas grand-chose pour vous ce mois-ci. Mais comme le dit le vieil adage, c’est pas la taill… euh, la quantité qui compte, mais la qualité. Et là, vous serez servis!

skins_party_couv« Skins Party »
Timothé Le Boucher
Manolosanctis
19 x 27 cm
112 pages

www.manolosanctis.com
>> voir planche

Si vous n’avez jamais entendu parlé des Skins Party, c’est que vous êtes probablement trop vieux. Vous inquiétez pas, moi aussi. A priori, une skins party (en hommage à la série TV britannique « Skins ») est une énorme fête où les djeun’s d’aujourd’hui refusent toute limite: ils se mettent donc la tête avec tout ce qui passe, testent leur sexualité dans tous les sens, tentent des trucs pas possibles niveau habillement/déguisement, provoquent à tout va, etc. etc. Qui a dit: « Mais ça pourrait faire une définition possible de l’adolescence, non?« . Peu importe. Le fait est que ça a donné un très bon prétexte à Timothé Le Boucher, jeune auteur révélé par Manolosanctis, pour signer une des plus remarquables BD de ce début d’année. Malgré ses 23 ans, Le Boucher maîtrise parfaitement le récit de son album, découpant l’histoire en plusieurs chapitres qui voient un nouveau participant de la soirée devenir le narrateur d’une sous-intrigue. Chaque protagoniste, happé par des événements qu’il ne contrôle guère, apporte donc ses clés à la compréhension globale de la soirée. Un peu comme lorsque vous faites le debriefing d’une soirée trop arrosée le lendemain avec vos potes. Sauf que ça finit rarement aussi mal. Le dessin est assez classique mais finalement le ton général du livre suffit amplement à le démarquer de la masse, pas la peine de grossir le trait. Et bien sûr tous ces fluo-kids ont déteint sur les couleurs de cet album. Probablement un des meilleurs titres sortis chez Manolosanctis à ce jour.

rioloco_couv« Les voyages de Juan Sans Terre Vol. 3: Rio Loco »
Javier de Isusi
Rackham
17 x 24 cm
192 pages

www.editions-rackham.com
>> voir planche

Quand on a reçu ce livre et qu’on a vu « volume 3 » sur la couverture, on s’est dit qu’on n’en parlerait probablement pas, étant donné qu’on avait jamais entendu parler des deux premiers tomes. Quand on a refermé la dernière page, on s’est dit que non seulement on allait en parler mais qu’en plus on allait foncer s’acheter les deux premiers en attendant fébrilement que le quatrième et dernier tome sorte. Pourtant sur le papier, ce n’était pas gagné d’avance. Vascos, le personnage créé par Javier de Isusi, a en effet des faux airs de Corto Maltese, et les vadrouilles du héros de Hugo Pratt n’ont jamais trouvé de très grands échos par chez nous (du coup, peut-être devrions-nous lui redonner une chance?). Or, cette pérégrination au milieu de la jungle brésilienne à la recherche d’un disparu, dont personne ne sait même s’il est encore vivant, est absolument captivante. Javier de Isusi pimente son récit plein de rebondissements d’intelligentes réflexions philosophiques et politiques (sur l’impérialisme nord-américain vis-à-vis du sud du continent) qui donnent donc plusieurs dimensions à ce livre. Qui Vascos cherche-t-il réellement dans cette jungle hostile au péril de sa vie? Son ami disparu? Lui-même? Une certaine innocence? Sans apporter de réponses toute faites, l’auteur espagnol suscite beaucoup d’interrogations en filigrane de ce roman d’aventures. Son trait rend également à merveille la moiteur et l’oppression de la jungle, qui devient presque une métaphore des démons intérieurs de Vascos au fur et à mesure de son périple. Une très belle surprise…

branleurs_couv« Branleur(s) »
Jules & Tom Fradet
Manolosanctis
19 x 27 cm
72 pages

www.manolosanctis.com
>> voir planche

Laurent et Allan étaient potes d’enfance. Ils ne se sont plus vus depuis dix ans. Après le divorce de ses parents, Laurent revient vivre à Nantes et retrouve donc son vieux compère. Les deux post-ados ont pris des chemins très différents (Allan est devenu rocker, avec creepers aux pieds, etc., Laurent plutôt rêveur romantique à tendance onaniste) mais pourtant leur amitié reprend comme s’ils s’étaient quittés la veille. Les 400 coups également. « Branleur(s) » diffuse donc une atmosphère mi-détachée mi-attachante qu’ont souvent les best-sellers de Manu Larcenet, influence revendiquée des frères Fradet. Cette succession de sketches, souvent très drôles, donne au final un joli aperçu de la vie des ados en province, long fleuve tranquille seulement perturbé par les filles à qui on ne sait pas parler, le hash des autres, et la vie d’adulte qui t’attend dans pas longtemps. Au départ pensé comme un one-shot (malgré une fin au goût justement d’inachevé), cet album devrait finalement connaître une suite qu’on attend avec impatience. Les fans des films de trentenaires nostalgiques (Klapisch & Cie)  peuvent y aller en toute confiance.

archedenoe_couv« L’Arche de Noé a Flashé Sur Vous »
Chloé von Arx & Charles Masson
Futuropolis
19,5 x 26,5 cm
128 pages

www.futuropolis.fr
>> voir planche

Ce n’est pas à Mowno qu’on vous dira le contraire, Internet a changé beaucoup de choses dans nos vies. Bien souvent, on attend de la Toile qu’elle nous trouve la solution à tous nos problèmes. Léa, jeune et jolie décoratrice, se connecte ainsi tous les soirs à Meetic pour trouver l’âme sœur. Pas facile de faire le tri entre tous ces prédateurs mâles, aussi subtils dans la drague qu’ils sont forts en orthographe. Léa finit néanmoins par se laisser tenter par Noé qui sort un peu du lot. Sauf que Noé va un peu vite en besogne. Et que ses potes sont extrêmement lourds. Sur le papier, « L’Arche de Noé a Flashé Sur Vous » a tout de la comédie romantique avec Hugh Grant dans le rôle masculin. Pourtant, la façon dont Chloé von Arx traite le sujet vire rapidement au malaise qui va crescendo au fur et à mesure qu’on avance dans la relation du couple. Jusqu’où est-on prêt à s’oublier pour fuir le solitude et correspondre au schéma de perfection sociale qu’on nous impose chaque jour? Chloé von Arx et Charles Masson n’apportent justement pas de vraie réponse avec cette non-fin (doit-on attendre une suite? apparemment pas…) dont on ne sait pas trop si c’est le point fort (on évite le cliché) ou le point faible (comme un goût d’inachevé) de ce livre. On va chercher la réponse sur le Net.

luluabourg_couv« Luluabourg T.1 »
Nicolas Pitz
Manolosanctis
19 x 27 cm
88 pages

www.manolosanctis.com
>> voir planche

Autant vous prévenir de suite, la lecture du premier tome de « Luluabourg » n’est pas une partie de plaisir. L’ambiance est à l’image des couleurs choisies par Nicolas Pitz: sombre, très sombre. Entre les deux guerres, en Belgique, Yvon vit seul avec son père bûcheron. Le quotidien est rude, entre le travail et les roustes. Yvon s’évade souvent en rêvassant, réglant virtuellement ses comptes avec ce père autant qu’il essaie de lui dire qu’il a besoin de lui. Un jour, c’est le clash de trop. Yvon s’enfuit dans la forêt, tandis qu’au loin la guerre éclate. C’est le début d’un long voyage initiatique qui le mènera vers des horizons insoupçonnés. On met du temps à s’adapter au climat de ce livre étouffant (presque tout l’album à dire vrai), mais bizarrement, une fois refermé, on a hâte de connaître la suite de cette trilogie. Et c’est bien là le principal.

Bonne lecture et au mois prochain !

À lire ou écouter également:

10 réponses à Coups de bulles en Mars – L’actualité BD

  1. Trebeshka 16 mars 2011 à 19 h 31 min #

    « Rien à foutre si il n’y a pas grand chose, tant que c’est pas de la merde c’est nickel! » aurait répondu Trebeshka.

  2. Kalcha 16 mars 2011 à 21 h 55 min #

    Tu devrais trouver ton bonheur, je pense… J’espère! 🙂

  3. Jm 17 mars 2011 à 13 h 55 min #

    Bon je vais être un peu dur, mais je trouve les sélections Mowno un peu restreintes. J’ai vraiment l’impression d’effleurer le truc. Sentiment que j’ai en fait depuis l’édito de la première sélection qui avait une remarque malheureuse et maladroite sur le manga et l’Héroic Fantasy: comme si un genre (voire une origine géographique) dictait une qualité. C’était oublier toute un pan de la production et pas des moindres. Tayou Matsumoto (Amer Beton, Number 5), Tabiguchi (Quartier Lointain). Pour n’en cité que 2. Pour l’héroïque fantasy je dois admettre que je sèche un peu plus (il y a quand même Donjon sous l’autorité de Sfar et Trondheim)…

    Et puis, pour être honnête, je trouve suspecte cette proportion de livre que vous conseiller chez Manolosanctis (qui par ailleurs a une part de sa politique éditoriale à la mymajorcompany si je comprend bien le truc). Surtout quand je vois un Skins Party qui (pour les qq pages que j’ai lu, j’avoue j’ai pas été au bout) est coincé entre clichés, adaptation de la série britannique quasi éponyme et le très bon « Roi des Mouches » de Pirus et Mezzo (thèmes, choix des couleurs, de la narration à plusieurs voix…).
    Un peu pareil pour Futuropolis. En fait pour être honnête, J’ai un sentiment et j’espère que vous pourrez le dissiper mais j’ai l’impression que la sélection que vous avez est proportionnelle aux services presses que vous recevez….

    Je dis ça car quand je vois des éditeurs tel que Cornélius et l’Association absent des sélections qui pourtant, en plus d’être historiquement important et à la ligne éditoriale exigeante, ont sorti par exemple le très beau et très frais « Mambo » de Claire Braud (l’Association), ou « Wilson » de Daniel Clowes (Cornélius)(c’est comme si vous ne chroniquiez pas le dernier Radiohead, qu’on aime ou pas), et qu’il est fallu qu’on se mette à plusieurs pour avoir quelques ligne sur le « Chateau de Sable » (Atrabile) de Peeters (Peeters quand même grand classique!).

    Bon en même temps il y a surement de la mauvaise fois dans ce que je dis. Peut-être une peu d’aigreur de voir ce que je trouve intéressant peu représenté ici, alors que pour la musique je m’y retrouve très largement, tjs de bonnes découvertes. Et c’est vrai que si je faisait une sélection, on aurait bcp de livre de chez l’Asso, Cornélius, Atrabile, 6 Pieds,…

    Bon vous avez quand même conseillé Rochier et son TMLP!

    Enfin tout ça c’est du « qui aime bien châtie bien! »

  4. Kalcha 17 mars 2011 à 16 h 29 min #

    Bonjour Jm,

    Alors, puisque tu sembles un lecteur fidèle (je t’en remercie), et que tu as lu mon premier édito, tu n’auras pas manqué de souligner cette phrase: « Bien sûr, cette rubrique ne se veut aucunement exhaustive ni objective (ni même spécialement experte). »

    Du coup, je n’ai jamais eu la prétention de couvrir toutes les sorties BD, c’est proprement impossible. Je ne chronique donc en effet que ce qui me semble intéressant (à lire les résumés des sites de maisons d’édition) et qu’on veut bien m’envoyer ou les BD que je reçois sans les demander et qui me plaisent. Du coup, effectivement, certains éditeurs passent un peu à la trappe (Cornélius, L’Association, Warum…) parce qu’ils n’envoient pas d’exemplaires (ou bien des pdf). C’est une politique que je respecte. Mais je n’aime pas lire et chroniquer des pdf (le choix du papier, le rendu des couleurs, le format sont des éléments importants dans ma lecture) et je n’ai malheureusement pas le budget pour acheter toutes les BD qui pourraient éventuellement me plaire. J’aimerais bien, hein. Mais au cas où le doute planerait, tout le monde est bénévole à Mowno.

    Quand j’ai dit aussi que « les amateurs de heroic fantasy et de manga » ne s’y retrouveraient pas, ce n’était aucunement un jugement de valeur. C’est juste que ces esthétiques ne me parlent pas beaucoup. Sur Mowno, il n’y a pas (beaucoup) de disques de death metal, de chanson française ou jazz chroniqués. Ces genres sont pourtant très importants dans l’Histoire de la musique. Mais ça ne correspond pas aux goûts de l’équipe. Tout ça est très subjectif. Mais je crois que c’est aussi revendiqué comme tel.

    Pour revenir sur l’exhaustivité de mes choix, on ne peut pas trop comparer avec la section disques de Mowno. Déjà parce que les chroniques disques de Mowno sont quotidiennes ‘les Coups de Bulles sont mensuels), qu’il y a plusieurs chroniqueurs (je me gère plus facilement tout seul, et encore… :), que le site est très identifié par les labels (les disques promos arrivent donc sans forcément les demander) et que de toute façon tout se trouve rapidement sur la Toile le cas contraire (télécharger, c’est du vol!). 🙂

    Pour la BD, pour les raisons que j’ai exposées plus haut, c’est plus difficile.

    Voilà, en gros, ce que j’avancerai pour ma défense. J’ajouterai que j’ai justement super apprécié tous les commentaires que j’ai eus jusqu’à présent sous la rubrique, que vous aviez bien fait de me conseiller “Château de Sable”, parce que je me suis acheté « Pilules bleues » depuis, et que je n’ai jamais prétendu détenir le savoir absolu, loin de là. Je ne suis pas un spécialiste BD, c’est d’ailleurs pour ça que mes comparaisons vont souvent vers le cinéma, la littérature et la musique. Mais, à voir les retours que j’ai des auteurs et des éditeurs, ça semble justement être un des intérêts de la chose.

    J’espère avoir éclairci ta lanterne. Et te garder comme lecteur… 🙂

    • Jm 21 mars 2011 à 13 h 20 min #

      Merci de ta réponse. Et merci d’avoir détaillé ta grille de lecture.
      J’aurais bien proposé ma participation à la partie Bande Dessinée de Mowno… J’ai déjà quelques chroniques BD à mon actif (dans une forme différentes, des textes plutôt long, essayant de faire un peu d’analyse…). Si tu veux y jeter un coup d’oeil suit le lien dans mon nom.

      • kalcha 21 mars 2011 à 13 h 37 min #

        Oui, j’étais déjà allé faire un tour sur ton blog. 🙂

        Honnêtement, je préfère rester seul à gérer la rubrique, c’est plus simple pour moi pour X raisons. Mais n’hésite pas à poster des liens vers ton blog dans les comm’ des rubriques quand tu as du neuf à faire lire, que tout le monde en profite! 😉

  5. Xco 24 mars 2011 à 12 h 26 min #

    y a le second tome de blast qui devrait pas tarder, vous êtes sur le coup ?

  6. Flo 27 mars 2011 à 1 h 49 min #

    Après m’être penchée sur les péripéties de Juan sin Tierra, je ne peux en effet que vous recommander de vous (re) pencher sur Corto…
    Et sans aucun lien, penchez vous également sur la Tour Blanche de Pablo Auladell, paru en 2010 chez Acte Sud. Pas une réelle nouveauté donc, mais sous a fausse simplicité de son histoire et de ses personnages, j’ai aimé me plonger dans douce et cruelle mélancolie des moments passés, ce retour hors saison et cet ami imaginaire. A découvrir.
    Bonne lecture donc!

  7. Jm 1 avril 2011 à 12 h 51 min #

    De mon côté, mon coup de cœur du mois de mars c’est \Le Royaume\ de Ruppert et Mulot paru en février je crois à L’Association.
    On retrouve la marque de fabrique du Duo. Une bande dessinée à l’humour noir, parfois vulgaire et légèrement cynique, baigné dans un noir et blanc. Des personnages épurés au trait simple mais extrêmement expressifs (un peu comme Ibn Al Rabin mais dans un style graphique très différents) dans des décors riches et fournis. Des expérimentations graphiques et narrative nous sortant des lectures linéaires gauche droites, haut bas dans un format hors norme : un journal bien plus grand qu’une édition du monde.
    Il n’y a pas franchement d’histoire, on débarque dans le royaume de l’au-delà et on y croise des morts qui vivent leur petite vie de mort dans une sorte d’apesanteur. On ne fait qu’y passer.
    On a tout de même quelques explications sur les causes des décès, de manières éparses (une des plus drôles est surement la danseuse du Lac des Signe badigeonnée d’un produit inflammable au contact de l’eau pour donner plus de dramatisme…).
    Les petits histoires et situations sont racontés en pointillés tout le long du livre ce qui donne du rythme et correspond bien au caractère pluridimensionnel des l’histoires et du lieu et de sa signification.
    Un très bon Ruppert et Mulot, une bon moyen de découvrir ces auteurs essentiels.

    • Jm 1 avril 2011 à 15 h 02 min #

      c’est pourri par les fautes d’orthographe… sincèrement désolé.

Laisser un commentaire