Interview : Chokebore (08-2003)

C’était il y a quatre ans que nous nous sommes rencontrés la dernière fois. Comment va Chokebore depuis?

Jon (guitare): C’est une question bien difficile. Je pense que la réponse la plus simple serait de dire que nous avons passé la majeure partie du temps à Los Angeles, ce qui ne nous était pas arrivé depuis un bail… Nous avons beaucoup composé, j’ai beaucoup peint, ce qui m’a permis de faire quelques expositions. Concernant Chokebore plus précisément, Miik, notre batteur, nous a quitté après la tournée qui a suivi « Black Black » et nous avons passé beaucoup de temps à travailler les morceaux avec Christian, son remplaçant. Nous sommes également allés au Japon pendant trois ou quatre jours pour un seul concert…

Chokebore semble dorénavant canaliser un peu plus son énergie. Est-ce une réelle volonté ou un signe de maturité?

Je dirais qu’il s’agit d’une volonté de notre part. Nous composons les morceaux que nous aimons et évoluons comme tout le monde. Heureusement, nous sommes des compositeurs de plus en plus matures mais il serait trop simple de résumer une progression en disant simplement que jouer fort est un signe de jeunesse et inversement. Nous continuons juste à faire avancer notre musique et nous avec.

Vos concerts ont vraiment fait votre réputation. Pourquoi ne pas avoir sorti un live plus tôt?

Nous en avions déjà parlé, mais jamais très sérieusement. Je n’aurais jamais pensé que notre public voudrait ce genre de disque… Je ne me suis jamais posé la question en fait… Ce genre de projet n’est jamais très important pour un groupe… Mais une fois lancée, l’idée d’un live m’a paru très fun, surtout qu’enregistrer des disques a toujours occupé une grosse partie de nos vies. C’est tout simplement différent. Chaque CD implique tellement de travail. Cette fois, nous avons essayé et cela permet de présenter le groupe sous un autre visage étant donné que personne n’a eu à composer mais juste à écouter le rendu.

Au final, quelle est votre opinion sur ce live? En êtes vous totalement satisfaits?

Oui, j’en suis content, c’est très représentatif de ce que le groupe dégage sur scène… Je préfère qu’un live comprenne un seul concert, avec l’intégralité du set, sans effet. Le titre, « A Part From Life », parle de lui même du fait que cet album retranscrit exactement ce que Chokebore a donné ce soir là et à cet endroit. Je suis vraiment heureux que ce CD sorte car nos morceaux évoluent constamment à partir du moment ou ils sont enregistrés en studio. « A Part From Life » va permettre de donner une représentation plus complète de ce qu’est Chokebore.

Vous avez connu beaucoup de changements de batteur. Comment expliques tu cela?

Nous menons notre carrière depuis longtemps maintenant et il arrive que des gens veuillent évoluer de leur côté. Christian a quitté le groupe après « A Taste For Bitters » pour travailler sur ses projets solo. Miik nous a quitté pour les mêmes raisons. Il était épuisé, voulait composer sa propre musique. Nous avons donc demandé à Christian de revenir.

Comment expliques tu le fait que Chokebore n’ait jamais réussi à signer durablement sur un label?

Je ne sais pas quoi te répondre. Beaucoup de groupes que nous connaissions ou avec qui nous avons tourné n’existent plus aujourd’hui. C’est fatiguant et difficile. Les gens renoncent, persistent ou évoluent dans des directions différentes.

Comment expliques tu que la France soit un des pays ou vous avez le plus de succès?

Je ne sais pas à quoi c’est du exactement… Sûrement au fait que nous adorons passer du temps en France. Tourner, enregistrer, rendre visite à des amis… Tout cela a fait que votre pays est un peu devenu le nôtre…

Vous avez fait un long break avant « It’s A Miracle ». Avez vous pensé arrêter la carrière du groupe à ce moment précis?

Non, il s’est juste passé beaucoup de choses qui nous ont un peu ralenti. Comme je te l’ai dit, Miik a quitté le groupe, Christian est revenu, nous avons donc du beaucoup travailler les morceaux, et vivre aussi nos propres vies, ce que nous n’avions pas fait depuis plusieurs années à force de se consacrer au groupe. Le break a duré un peu plus longtemps que prévu, mais je pense que « It’s A Miracle » est aussi meilleur grâce à cela.

Avez vous déjà commencé à travailler sur un nouvel album? Dans quelle direction Chokebore compte t-il désormais aller?

Oui nous avons écrit quelques morceaux durant les derniers mois à Berlin ou j’ai déménagé depuis le début de l’année. Nous étions un peu éparpillés à travers l’Europe et les Etats Unis donc nous avons décidé de nous regrouper ici afin de mettre en commun toutes les idées que nous avions travaillées séparément. Tout s’est très bien passé, si ce n’est la grosse vague de chaleur de cet été. Je ne peux pas encore dire quelle direction nous allons prendre, ce n’est pas si facile à dire. Nous verrons où la musique nous emmènera…

Quels sont vos projets pour les mois à venir?

Après les concerts de début septembre, je vais retourner à Berlin pour travailler la musique et mes peintures. Frank y sera aussi pour un bout de temps donc nous composerons sûrement ensemble et réécouterons les enregistrements de ces derniers mois. Je compte bien aussi apprécier Berlin au maximum avant qu’il n’y fasse trop froid.

Le mot de la fin…

C’est une bonne journée pour une ballade à vélo…

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire