Interview : The Stereo (02-2003)

Le groupe a connu de nombreux changements de line up. Qui est dans le groupe aujourd’hui?

Jamie: Moi qui joue de la guitare, du clavier et chante, Chris Serafini est à la basse, Bj Wuollet est à la batterie et nous venons de recruter Philip Trapp qui va tenir l’autre guitare en tournée.

Comment expliques-tu ces nombreux changements?

Je ne peux pas. Je pense que le line up que nous avons aujourd’hui est solide, surtout en ce qui concerne Bj, Chris et moi-même. Nous partageons tous les trois la même vision musicale ce qui n’a malheureusement pas toujours été le cas avec les musiciens qui jouaient dans The Stereo auparavant. C’est tellement appréciable de travailler avec des gens professionnels et si cools…

Rory et toi avez commencé le groupe alors que vous saviez qu’il s’agissait là d’une collaboration dangereuse. Pourquoi avoir quand même persévéré? Qu’est-ce qui n’était pas compatible entre vous deux?

Il ne devait s’agir que d’un seul album à la base. Nous ne savions pas que cela allait continuer et surtout se finir ainsi. Je prévoyais de faire cet album et ensuite poursuivre une carrière solo ou quelque chose comme ça. Nous avons vraiment été très surpris tous les deux par l’évolution du groupe. Cela a dépassé nos attentes.

Selon toi, est-ce que le côté humain est aussi important que la musique au sein d’un groupe?

Bien sûr que ça l’est autant! Mais il y a de nombreuses personnes avec qui tu peux jouer sans pour autant que tu puisses collaborer avec toutes. C’est juste que j’ai mis beaucoup de temps à trouver les personnes idéales mais au final, ces changements de line up ont autant bénéficié aux précédents musiciens qu’à moi-même. Personne ne peut être satisfait de faire partie d’un groupe avec des mecs avec qui tu as des relations assez tendues. Surtout quand tu commences à tourner! Je pourrais expliquer les comportements de chacun mais cela serait beaucoup trop long, je ne vais donc pas m’y risquer. En bref, il faut bien s’appliquer à trouver les personnes qui te conviennent et qui te permettent de mener ton groupe de la meilleure manière.

Peut-on dire que tu es difficile à vivre?

Je pense que je le suis effectivement. Je travaille à 100% pour faire la meilleure musique que l’on puisse jouer. Si ce n’est pas le cas pour toi, tu ne pourrais pas figurer au sein de The Stereo. Peut être que cela pose des problèmes à quelques personnes mais je pense qu’il faut travailler dur pour que les choses soient bien faites.

Penses tu que la solitude soit importante dans la vie?

Bien sûr. Je pense que les émotions négatives comme la solitude, la jalousie ou la colère peuvent être positives si elles t’aident à apprécier les bons moments…

La carrière de The Stereo semble être très éprouvante pour toi qui a même faillit tomber dans la dépression à une certaine époque. Penses tu que cela puisse être dû à la fin de carrière floue de Animal Chin, à une sorte de frustration que tu n’as pas réussi à effacer avec The Stereo?

Je pense que je suis entré dans une sale phase vers mes 25 ans qui a vraiment été la base de ce sentiment dépressif. J’ai commencé à tourner dés la sortie du lycée donc je ne suis jamais allé en faculté et une partie de moi s’est longtemps demandée si j’avais fait le bon choix pour ma vie future. Avec le recul, je pense que, même si j’ai fait des erreurs, j’ai toujours choisi ce qui était bon pour moi. Je suis musicien et je pense que c’est le seul domaine dans lequel je puisse être performant. Je suis créatif, j’aime le design et la technologie, mais au final tout revient vers la musique. Je suis comme ça. Une fois, j’en suis même venu à la conclusion que j’avais eu une seconde naissance car, par la suite, tout a été plus facile et je me suis vraiment remotivé à poursuivre ma carrière.

Considères tu la musique comme une drogue? Qu’aurais tu fait sans elle?

C’est plus une obsession qu’une drogue. Je n’ai vraiment aucune idée de la carrière que j’aurais suivi si je n’avais pas été musicien. J’apprécie beaucoup la médecine et je pense que j’aurais bien aimé être chercheur dans ce domaine. Malheureusement, je ne pense pas que j’aurais été capable de suivre ce genre d’études.

Considères tu tes paroles comme une thérapie? Quels sont les sujets que tu aimes aborder?

On peut voir cela comme ça. Cela dépend du sujet de la chanson. Si elle parle d’un sujet douloureux, cela peut en être une. Parfois, je m’aventure dans des fictions qui ont une dynamique complètement différente. Mais je ne fais pas véritablement de distinction entre les deux, j’écris ce qui me vient et si c’est bon, je garde!

Es-tu satisfait de ta carrière?

J’adorerais tourner constamment, donner des concerts, vendre des disques et rencontrer des gens à un tel niveau que cela puisse me permettre de vivre et de payer mes factures. Ce serait certainement cool de passer à la radio ou sur MTV mais ce n’est sûrement pas nécessaire. J’ai tourné pendant onze ans avec différents groupes et je n’ai pas eu de véritable travail depuis 1996, donc ça va pas mal en ce qui me concerne. J’aurais certainement préféré ne pas être coupé ou ralenti régulièrement dans mon élan… C’est parfois difficile mais il y a bien pire. Ma santé est bonne, je suis en sécurité, bien entouré par mes proches et j’ai l’opportunité de jouer de la musique et de voyager. Je n’ai besoin de rien d’autre.

Vous étiez en contact avec des majors. Pourquoi ne pas avoir signé sur l’une d’elles?

Tout d’abord, ce n’est pas toi qui décide si tu signes en major ou non. Tu peux être d’accord mais qu’aucun label ne veuille te signer. Tu dois vraiment avoir quelque chose de très intéressant pour que la boîte voie en toi un certain profit. J’ai parlé avec de nombreuses personnes travaillant pour des majors et rien n’a jamais abouti. Ce côté du business musical est vraiment mystérieux avant tout parce qu’il ne s’agit là que de business. Ils se foutent de la musique donc pourquoi devrais-je m’ennuyer avec ces histoires? Si une opportunité se présente, que les gens sont cools et que le deal est réglo, alors oui nous signerons et cela ne changera rien à notre musique. De toutes façons, nous sonnons déjà comme une putain de station de radio donc qu’est ce que tu veux que cela change? Je dis ça car des personnes me l’ont déjà fait comprendre…

Comment vois tu ce retour du rock actuellement? Est-ce que cela te rend méfiant ou au contraire rassuré?

Je ne suis pas d’allégeance avec le rock. J’aime les morceaux pas les genres. Si une chanson est bonne quel que soit le style ou le genre, je serai plus qu’heureux de l’entendre. Je pense que les gens sont trop liés à cet étiquetage systématique, qu’ils ont oublié comment écouter la musique et qu’ils se servent beaucoup trop de leurs yeux. Je sais que les gens aujourd’hui dans la musique sont tous beaux, mais je te dirais une chose, ce n’est pas du tout pour cela que moi ou n’importe qui d’autre du groupe a choisi de jouer d’un instrument.

Comment avez vous abordé ce dernier album « Rewind & Record » par rapport aux précédents?

Avec une certaine fraîcheur et une liberté retrouvée. J’ai senti que Bj et Chris étaient tous les deux sur la même longueur d’onde que moi. Nous voulions un album qui ne soit pas évident, un album qui sonne comme plusieurs groupes de college radios avec toujours le même chanteur!

Comment aimerais tu que The Stereo se développe dans le futur?

Je veux juste que nous progressions encore et là, je n’en serai que ravi!

Quels sont vos projets pour les mois à venir?

Tourner plus que jamais!!!

Le mot de la fin…

Les gens devraient fermer les yeux quand ils écoutent de la musique. Si seulement, cela pouvait revenir…

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire