Interview : Stacs Of Stamina (02-2004)

Plutôt gourmands de hip hop flirtant ouvertement avec l’electro, nous sommes un jour tombés sur le split vynil Stacs Of Stamina/Pilot Balloon qui nous a fait simultanément découvrir deux groupes quasi inconnus mais au talent pourtant incontestable. Toujours soucieux d’en savoir plus, nous nous sommes équipés de nos écoutilles technologiquement poussées et sommes parvenus à capturer une conversation entre les deux groupes. Bokson au rapport…

Pilot Balloon: D’abord, j’espère que vous êtes sur de bons rails pour passer une bonne année 2004. Comme d’habitude, je pense que vous devez être très occupés. Quels sont vos projets pour cette année?

Gesan (Stacs Of Stamina): Musicalement, il y a beaucoup à attendre de notre part en cette nouvelle année. Stacs Of Stamina va ressortir « Cashfew Fenny » en double lp avec de nouveaux morceaux. Cela va sortir sur Uncommon Records, le label de Nasa (Def Jux). Le nouvel album, « Pizza », est lui désormais terminé. Il y a également un maxi de remix à sortir sur Beyond Space Entertainment en mars auquel contribueront Para One, dDamage, Kaeoflux, Fred Ones, Seraphim et quelques autres.

Johan (Stacs Of Stamina): Pour moi, l’année ne pouvait pas débuter d’une pire manière. J’ai perdu mon appartement au nouvel an. C’était dingue, je me suis fait virer par mon propriétaire et les flics ont du m’aider à récupérer mes biens. Une semaine après, j’ai perdu mon passeport avec plein de thunes dedans. A part ça, tout va bien. Je suis de nouveau installé dans un nouvel endroit avec ma fiancée. Je m’atèle à la production et continue à évoluer sur les racines de 2003. Ca a été cool de bosser avec Mike Ladd et Yarah Bravo pour « Pizza ». On a également enregistré avec Tes pour la ressortie de « Cashfew Fenny » et partagé quelques expériences avec TTC. Je fais quelques remix et continue toujours mon émission de radio avec Dj Tron.

Marcus (Stacs Of Stamina): Ca va être une bonne année. On commence par tourner un mois et demi en Europe. Ca débute mi février et on sera accompagné de Beans en Belgique et des Shapeshifters pour les concerts suisses, allemands et français. Ca promet. Ca commencera très exactement un vendredi 13 et Gesan appréhende un peu car il est très superstitieux. On compte surtout travailler vite et bien car, comme chacun le sait, les bons musiciens meurent en moyenne à 27 ans ce qui me laisse encore quatre ans. Et vous qu’est ce que vous nous préparez après avoir pondu un des meilleurs albums de 2003?

Kaeo (Pilot Balloon): Merci du compliment mais à l’heure d’aujourd’hui, rien n’est vraiment planifié. Nous pensons inventer une nouvelle scène musicale que l’on pourrait appeler « jazz marécageux » au sein de laquelle Pilot Balloon serait le seul acteur. Non je plaisante, mais c’est tellement emmerdant de voir les gens vouloir te classer absolument dans une catégorie musicale. J’espère que cela ne nous arrivera pas. J’espère aussi surtout que ceux qui aiment notre musique ne sont pas du genre à s’attarder sur ce genre de choses. Jud et moi pensons faire de la musique pour une « scène » mieux informée que cela. Pour conclure, j’espère que nous vendrons des millions d’albums. Et vous alors? Qu’est ce que « Cashfew Fenny » a changé pour vous?

Johan (Stacs Of Stamina): Je suis des plus motivés, je n’ai jamais eu autant faim. J’étais photographe en Suède avant l’album et la musique n’était pas pour moi une chose sérieuse. Après le disque, j’ai bougé à Londres pour des raisons sentimentales et beaucoup de choses ont changé à ce moment là. Pour être honnête, j’ai parfois ressenti une forte pression car c’est vraiment difficile de vivre de la musique. Je peux vraiment m’en vouloir de discuter ou de fumer des spliffs au lieu d’avancer sur mes projets. En tous les cas, ce que nous faisons maintenant change un peu et je ne sais pas du tout à quel accueil m’attendre. Je prend du recul et me dit que, de toutes façons, il y a autre chose que la musique dans la vie. Tout est bon à prendre.

Marcus (Stacs Of Stamina): Avant de faire « Cashfew Fenny », nous ne savions pas du tout comment il allait sonner. Tout s’est fait très rapidement. Je suis revenu d’Inde avec deux bouteilles de Fenny (liqueur locale très forte), nous nous sommes réunis pour écrire. Aujourd’hui, je ne me souviens plus trop de cet été là. Sûrement à cause du Fenny et de l’ecstasy. Nous nous moquions de l’orientation musicale à cette époque alors qu’aujourd’hui les gens s’impatientent, se demandent à quoi s’attendre et j’en ressens une certaine pression. Gesan (Stacs Of Stamina): C’est vrai que « Cashfew Fenny » est né dans l’alcool mais nous a permis de captiver un peu d’attention positive. Nous composons spontanément, c’est ce qui nous convient le mieux. On aime la surprise. Ce serait sûrement moins bon si on procédait autrement…

Marcus (Stacs Of Stamina): Et vous, comment composez vous? Qui fait quoi et qu’utilisez vous?

Jud (Pilot Balloon): « Ghastly Good Cheer » a été composé sur plusieurs années. La plupart du temps, Flux et moi ne vivions pas dans la même ville. Ce n’est que l’année dernière que nous avons pris un appartement en commun à Allston et que nous avons pu tout mettre sur un seul ordinateur et finir cet album dont nous parlions depuis longtemps. Nous avons tous les deux passés des années à sampler des beats. Flux est bien meilleur que moi à cela. Nous commençons toujours sur un beat, un sample, ou une ligne de guitare que nous jouons par exemple. Ensuite, j’aime improviser sur une partie simple et répétitive jusqu’à ce que quelque chose de bien soit enregistré et utilisé comme ligne directrice. Certains titres ont été fait individuellement mais la plus part de l’album s’est fait en collaboration. D’ailleurs merci à vous pour vos contributions vocales. Aujourd’hui, Flux et moi nous comprenons bien et avons développé une certaine osmose très créatrice.

Marcus (Stacs Of Stamina): Nous, nous avions plutôt l’habitude d’enregistrer en revenant en Suède. Chez les parents de Johan qui adorent ce que l’on fait et qui nous offre des cookies et du lait pendant que nous travaillons. Malheureusement, je ne bois pas de lait.

Johan (Stacs Of Stamina): En effet, c’est comme cela que ça se passe sauf que maintenant on enregistre un peu partout ou nous sommes. Que ce soit à Paris, Londres ou en Suède. Cela nous permet de voir différents studios et d’utiliser des équipements différents. L’école m’apporte beaucoup au niveau des compositions. Je bosse essentiellement sur Logic et Reason. Je dirais que je fais 30% de sampling et 70% de prises directes. Mon matériel doit être enrichi mais ça peut attendre encore un peu. Il nous est arrivé de mixer sans enceintes donc…

Jud (Pilot Balloon): Sinon, que faites vous de vos journées? Etes vous toujours obligés de bosser pour manger et rester abrités des forces de la nature? J’imagine que Johan s’empiffre de biscuits à longueur de journées en buvant du thé, que Gesan se bourre de pain complet et que Marcus survit en solitaire grâce à la pêche!!!

Marcus (Stacs Of Stamina): Tout cela n’est qu’à moitié faux. Je mange du poisson tous les jours. Le riz et le thon sont comme une essence pour moi. Quand j’ai de l’argent j’achète du saumon. D’ailleurs, nous venons de faire un morceau avec TTC qui s’intitule « Donne Moi Le Poisson ». Nous adorons tous le poisson sauf Johan qui est végétarien. Sinon, je ne travaille pas car cela ne collerait pas avec les plannings de tournées. Mon dernier boulot était donc un videoshop à Paris mais j’ai du le quitter pour partir en tournée en prétextant que ma copine avait de gros problèmes cardiaques. J’ai vraiment honte…

Gesan (Stacs Of Stamina): Moi je me transforme petit à petit en sushi à force d’en manger dés que je peux. Je viens de terminer mes études en arts graphiques mais je n’ai pas fait grand-chose à part faire la fête et jouer de la musique. Je suis comme qui dirait un fainéant. Non mais plus sérieusement, l’hiver suédois ne se combat pas, il te bouffe l’esprit. Quant au pain complet, pas trop. Je suis plus sur les chips suédoises.

Johan (Stacs Of Stamina): Moi je bois du thé, surtout en hiver. Celui au lotus vert est mon préféré du moment. Je le bois dans mon appartement sinon j’étudie le son à Londres. Le week end, je suis l’assistant personnel d’une dame et je dépense l’argent gagné ainsi dans les disques. J’adore ce boulot, cette dame était une très grande compositrice anglaise et nous avons cela en commun. Je sample ses disques et nous parlons des tournées. Elle est aussi bouddhiste donc elle a de très bons bouquins à lire. En plus, je peux amener mon matériel et travailler quand il n’y a rien d’autre à faire. L’école, la musique, l’herbe, les filles, l’herbe, faire l’amour et dormir font mon traintrain quotidien. Et vous, quels sont vos projets ou vos rêves?

Jud (Pilot Balloon): J’espère dans un futur proche pouvoir acquérir un peu plus d’équipement et faire de la musique à plein temps plutôt que de bosser quarante heures par semaine pour subvenir à mes besoins. J’aimerais également rencontrer un romantique et bel amour. Flux et moi avons un incroyable métabolisme.

Kaeo (Pilot Balloon): Mes projets et mes rêves sont quasiment les mêmes. Je vais essayer de m’investir plus dans le cinéma. Avec mon peu d’expérience, j’ai acquis pas mal de choses et continue dans cette voie. J’aimerais finir directeur artistique et compositeur dans ce domaine. Sinon à part ça, je continue de croire en nous, à faire de la musique, à essayer de survivre sans boulot contraignant, manger, tourner, rester relativement heureux, et rester créativement inspiré. Tout simplement. Au fait, avez-vous appris la musique? Comment y êtes vous venus?

Marcus (Stacs Of Stamina): Non non, tout vient du coeur, de l’amour de la musique et du fait d’adorer être créatifs. Je suis très content de m’être lancé dans Stacs il y a huit ans. Sans cela, je serais un joueur de hockey ou j’écouterais de la disco européenne. Sérieusement.

Gesan (Stacs Of Stamina): Moi j’ai appris un peu le saxophone mais j’étais mauvais.

Johan (Stacs Of Stamina): Rien pour moi. J’entends juste Dieu chantonner dans ma tête, c’est tout ce dont j’ai besoin. J’ai choisi des études dans le son pour être maître de ma musique. Pour tout faire du début à la fin. Au début, Stacs était Gesan et Bashie, après ca a été Gesan, Bashie, Johan et Marcus. Maintenant, c’est Gesan, Johan et Marcus. Nous n’avons jamais eu de Dj. En ce moment, Dj Tron tourne avec nous. Il est très bon et en plus il est français ce qui va peut être nous permettre de bouffer du bon fromage. J’adore la bouffe. Et vous, quels ont été les moments difficiles de votre carrière?

Kaeo (Pilot Balloon): Je crois que Jud ne va pas répondre, je le ferai donc pour nous deux. Jud et moi vivions à Westfield en 2000 quand Pilot Balloon s’est monté. Nous n’avions pas d’argent et vivions dans un appartement tout pourri en banlieue. C’était horrible et déprimant mais nous avons beaucoup progressé et sommes devenus à cette période des adultes et de vrais musiciens. Cette année là a été très dure mais nous a rendu plus fort. Je ne la regrette pas pour autant car ça a été un moment charnière ou nous avons décidé de tout donner pour la musique. Cependant, jamais je ne revivrais dans un environnement si déprimant et malsain. Cela ressemblait plus à la mort qu’à la vie. Mais ça a donné naissance à Pilot Balloon et à notre amitié.

Johan (Stacs Of Stamina): Ok. Bon on doit vous laisser, merci pour ce bon moment.

Kaeo (Pilot Balloon): Pas de problème. Merci encore, vous nous avez permis de nous faire connaître. J’espère que nous continuerons notre collaboration pour tout péter…

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire