Interview – Naomi Shelton, Jesus is my homeboy

Il aura fallu deux albums et six décennies de prière à Naomi Shelton pour pouvoir partager sa foi et son énergie sur la scène internationale. Fin des années 90, le celèbre pianiste rythm’n’blues Cliff Driver est en quête d’une égérie Gospel pour un nouveau projet, et frappe à la porte de sa vieille amie. De ces retrouvailles naitront les Gospel Queens et cet opus anachronique « What Have You Done My Brother? » (Daptone Records).

Récit d’une vie, d’un disque, d’un parcours singulier entre les confessionnaux d’Alabama et les clubs enfumés New-Yorkais des années 60. Here is what has done our sister!

naomi_top

Mes parents étaient tous deux des chanteurs très actifs dans l’église d’un petit village de campagne en Alabama. Mon père dessinait des maisons, des studios d’enregistrement aussi et, avec mes deux sœurs, nous partions très tôt les dimanche pour y chanter sous le nom des «Davis Sisters of Alabama ». On revenait ensuite prendre le petit déjeuner en famille, puis repartions à l’école du dimanche. Après l’école, nous repartions chanter au sein de la communauté le reste de la journée.

On peut dire que j’ai passé la majeure partie de mon enfance à chanter du gospel en Alabama. Vers 17 ans, je suis partie et j’ai commencé à chanter dans les clubs. Je me faisais passer pour plus âgée puisqu’on ne pouvait pas y entrer avant l’âge de 21 ans. Lorsque ma mère est tombée malade, je suis revenue un temps en Alabama, puis je suis repartie pour New-York et je n’ai pas bougé depuis. D’église en église, de clubs en clubs, j’ai commencé à me faire un nom et ma route s’est dessinée peu à peu pour m’amener jusqu’à vous aujourd’hui.

« WHAT HAVE YOU DONE MY BROTHER »

Le message de « What Have You Done My Brother » est très simple: quoiqu’il se passe dans ta vie, la question « what have you done? » te sera un jour posée. Lorsque tu seras appelé par le seigneur, que tu seras sur le seuil de sa porte, tu devras répondre à cette question: « qu’as-tu fais »? Certaines personnes te diront qu’elles ont consacré de l’argent aux autres, mais les vraies questions sont d’un autre ordre: as-tu un jour secouru les malades? As-tu nourri les affamés? As-tu essayé de partager un peu d’amour et d’affection? Distribuer de l’argent ne se substitue pas au partage de l’amour et de la bonté. Nous ne devrions pas nous préoccuper de questions matérielles, elles ne sont pas de notre ressort. Ce que Dieu veut savoir, c’est ce que tu as fait pour ton prochain. « Qu’avez-vous fait mes frères et mes sœurs, qu’avez-vous fait en mon nom?« , c’est de cela dont parle cette chanson. Toutes ces années, j’ai poursuivi le rêve d’être chanteuse, et ce depuis l’âge de 6 ans. J’en ai maintenant 67 et je n’ai jamais capitulé. Tu dois croire en toi. Si tu ne crois pas en toi, rien de ce que tu entreprendras dans ta vie ne fonctionnera. J’ai cru en moi, j’ai imploré Dieu et j’ai surtout appris à patienter. Une fois que j’ai accepté tout cela, j’ai soudain réalisé que tout ce que j’avais demandé commençait à prendre forme. Les opportunités se sont présentées. Ça a pris 67 ans, et alors? J’ai eu la chance de vivre toutes ces choses, j’ai toujours été sincère, j’ai travaillé, je savais que quelque chose se passerait, je savais que l’on ne m’avait pas oublié. Il fallait attendre mon heure, la voilà.

CLIFF DRIVER: L’AMI, LE MENTOR, LE PRODUCTEUR…

J’ai rencontré Cliff Driver il y a 37 ans maintenant. A cette époque, il y avait des clubs absolument partout dans Brooklyn. Moi, j’étais résidente au « Night Cap », un club sur Flatbush Avenue. C’était vraiment un coin bouillant par là, les gens déambulaient de clubs en clubs tout au long de la nuit. Cliff et son groupe ont joué là bas pendant un temps, nous nous sommes beaucoup fréquentés à cette époque. Puis nous avons pris des chemins divers mais nous nous recroisions régulièrement. A la fin des années 90, lui et son groupe cherchaient des chanteuses de gospel, alors nous sommes allées le sauver! En fait, c’est à ce moment que nous avons créé les Gospels Queens. C’est une très vieille amitié avec Cliff, je suis heureuse que nous ayons collaboré sur ce projet.

naomi2EGLISES ET CLUBS

Je ne peux pas différencier ces deux expériences. J’ai grandi dans les églises, elles sont mes racines, mes fondations. Peu à peu, j’ai senti cette relation s’approfondir jusqu’au jour où je me suis dit: que fais-je de tout ça? Où vais-je maintenant? Je voulais chanter, mon cœur m’a guidé. Chanter dans les clubs, les églises, c’est la même chose pour moi. J’ai appris à aimer avec ce que l’on appelle « l’amour inconditionnel ». L’amour inconditionnel, c’est manifester son amour pour tous et pour tout. Cette notion implique que jamais tu n’es face à des étrangers, puisque nous faisons partie d’un grand tout. Nous ne serons pas des étrangers l’un à l’autre aux portes du paradis. Nous passerons juste du bon temps, tous ensemble. C’est ça l’amour inconditionnel, celui qui te fait aimer les gens, sans aucune distinction.

DAPTONE ET SON VINTAGE SOUND

C’est Cliff Driver qui a fait tous les arrangements sur cet album. Il y a un son particulier dû aux beats que nous avons utilisés. Ce son vintage est finalement assez différent de ce qu’on pouvait entendre dans les années 60. Pour ce qui est du message, je pense que nos chansons touchent beaucoup de gens parce que chacun peut y retrouver un peu de sa propre vie. Ce sont des moments vécus, des questions de la vie, passée, présente et future. « Lift My Burdens », « Jordan River », « What Have You Done », « A Change Is Gonna Come », « I’ll Take The Long Road »… Ces chansons font partie intégrante de ce que je suis, elles racontent mon histoire, je ne peux pas chanter une chanson sans la vivre intensément. Ça prendrait une vie de raconter tout ce que j’ai sur le cœur alors j’en fais des chansons. Ça fait partie du processus de guérison, c’est ce que j’évoque dans « A Change Is Gonna Come ».

pochettedapton
> la chronique de l’album

UN MESSAGE ENTENDU?

Mon message est plus sérieux maintenant, la maturité te fait avoir une relation plus profonde avec les choses. J’ai compris que ce qui est important pour moi devient important pour l’autre, et cela m’a rendu beaucoup plus forte. Il faut être capable de ne voir que le positif dans la vie, d’effacer le reste. S’attarder sur les choses négatives ne t’emmène nulle part. Du coup j’avance, toujours, je regarde devant et ne recule jamais. Globalement, je trouve que le monde avance, même s’il reste beaucoup à faire. Quand je regarde derrière moi, je me dis que nous avons fait du chemin, et que ce qui compte c’est de laisser de bonnes fondations pour ceux qui prendront le relais. Je me fiche de l’argent que je peux gagner. Ce que je veux, c’est laisser des empreintes d’amour derrière moi. C’est ça qui fera de moi une femme comblée.

LA TOURNEE EN EUROPE

Je suis extrêmement contente d’être ici, j’entends parler de tous ces pays depuis si longtemps. Ça me plaît de rencontrer des gens différents, vous êtes gentils je trouve. A New-York, tout le monde est stressé, c’est un vrai problème. Ici, il y a plein de gens en vélo, je suis sure que ça joue, que ça permet d’évacuer le stress!

naomi3

QUEL ALBUM A CHANGE VOTRE VIE?

Je citerais plutôt des chanteurs que des albums: Sam Cooke & The Soul Stirrers, et The Five Blind Boys of Alabama par exemple. Ils ont fait des albums plein de sens et de messages, ce sont de vraies sources d’inspiration pour moi.

—-

Suivez Naomi Shelton and The Gospel Queens:
facebookmyspacedaptone records

À lire ou écouter également:
Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire