Interview : Farewell Bend (03-1999)

Mon nom est Brandon, je joue de la guitare et je chante, John joue de la basse et chante également, et Paul est à la batterie.

Que signifie Farewell Bend? Ca a l’air d’être une expression courante outre-atlantique?

II y a un endroit dans l’Oregon appelé The Farewell Bend, qui était une étape dans le passé pour les gens venant de l’ouest II y a une grande colline et les gens y venaient et disparaissaient ensuite. Je ne sais pas si c’est drôle ou pas, mais bon…

Comment jugez-vous votre album avec un peu de recul?

Nous sommes satisfaits du résultats. II y a juste un morceau que nous avons dû enlever sinon le disque aurait été trop long. Autrement, le son est bon.

N’est-ce pas trop dur de repartir pratiquement à zéro après s’être fait une notoriété avec Boys Life?

Nous ne sommes pas tous de Boys Life. Nous venons de groupes différents donc la question ne se pose pas. Nous bénéficions des contacts et de ce qui a été fait avec les groupes précédents. Nous nous sommes faits des amis, et nous continuons d’être en contact avec eux. Au sein du groupe et en dehors, nous avons pas mal de relations.

Musicalement, The Farewell Bend est-il un mélange des groupes dont vous provenez?

Oui, car nous sommes amis depuis un certain temps, nous nous connaissions musicalement Ca nous a apporté certaines facilités dans la composition. Chacun amène sa personnalité et son expérience, donc il y a une patte de chacun des groupes précédents dans The Farewell Bend. Toutefois, c’est différent, c’est un nouveau groupe avec de nouvelles personnes. De toute manière, quel que soit le groupe en question, la qualité est toujours le but recherché.

De quoi parlez-vous dans vos textes et comment s’effectue le travail de composition?

L’un de nous apporte une idée, nous la travaillons, nous l’enregistrons et la mixons. Chacun de nous travaille sur toutes les étapes de composition. Quand nous enregistrons un disque, il sonne toujours différemment des précédents, ce qui est très bien. Ce n’est pas important si les groupes changent de style ou de son, ça leur permet de ne pas ennuyer leurs fans. Le changement est toujours positif.

Pourquoi avoir signé sur Slowdime?

Pour les mêmes raisons que le groupe, par amitié. Nous sommes amis avec John et il a voulu sortir notre disque et nous sommes tombés d’accord. Les amis sont dans le groupe, sortent nos disques…

Quel est le tien exact entre Slowdime et Dischord?

Ce sont deux labels différents. Dischord fabrique et conçoit le produit C’est un deal que nous avons avec eux. Ils payent et distribuent, puis Slowdime rembourse sur les ventes. Mais, Slowdime a ses propres groupes contrairement à ce que les gens pensent.

Que pensez-vous de ce nombre de plus en plus important de groupes qui jouent cette sorte de punk-pop émotionnel?

Tu veux dire cette musique mid-tempo et mélodique? Beaucoup de groupes ont le même son, car ils sont amis, ils jouent ensemble, tournent ensemble. Mais en fait leur musique est différente. C’est ça le rock, chacun amène son grain de sel pour en faire une bonne scène.

Quels sont vos projets?

Après cette tournée, nous allons recomposer pour un nouvel album. Trois morceaux sont déjà prêts. Nous allons nous débrouiller pour revenir l’année prochaine à la même période. Nous voulons revenir en Europe le plus souvent possible. Tout est tellement différent des États Unis. Avoir un verre de vin après un concert aux USA est toute une histoire. Les européens sont très accueillants.

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire