Interview : Elevate Newton’s Theory (01-2003)

Qu’en est-il de votre prochain album?

Yann: Je sais, je sais, il tarde, mais c’est parce que l’on veut faire les choses le mieux possible.

Krystofz: Nous travaillons dessus, mais il aura un peu de retard car nous ne sommes pas satisfaits de tous les morceaux.

Christophe: Certaines de nos compos sont assez anciennes donc plus vraiment à notre goût actuellement, c’est pour ça que nous recomposons perpétuellement… Mais la fin est proche, on commence tout juste à être vraiment content du résultat.

Brice: On peut espérer son enregistrement au printemps 2003.

Cette critique récurrente quant à votre ressemblance avec At The Drive In vous a t-elle agacée ou flattée?

Y: C’est flatteur au début, mais c’est énervant dans le sens où les gens qui nous comparent à At The Drive In se sont arrêtés à l’impression qu’ils ont eu en écoutant la première chanson. Si on fait l’effort d’aller plus loin, on s’aperçoit que ce n’est plus du tout At The Drive In. Ou alors, c’est parce qu’on bouge sur scène, mais on bougeait déjà avant de connaître ce groupe.

C: C’est vrai que c’était flatteur au début car, par la suite, c’est devenu un automatisme un peu réducteur. On en était presque devenu la pale copie. Mais tout ça, c’est du passé.

J’ai cru comprendre que le prochain album serait plus pop. Est-ce pour se détacher un peu de cette influence? Si non, pourquoi en venir à quelque chose de moins brut?

Y: On ne cherche pas à se démarquer de quelque chose, on joue ce qu’on aime. C’est vrai que le prochain album sera plus pop, de même que « Aerostar » était moins hardcore que notre première démo K7. Nous évoluons assez vite et je trouve ça positif, ça évite de s’enfermer dans un style et de faire des albums qui se ressemblent trop.

K: Il me semble que plus tu avances avec un groupe, plus tu as envie de jouer finement et d’apprendre des nouvelles structures de morceaux. Pour moi, la musique doit être en perpétuel mouvement, il faut toujours avancer, créer…

C: Je pense que nos morceaux sont plus réfléchis, moins « bruts », mais malgré tout ils restent quand même « catchy ».

B: « Aerostar » a quand même quelque chose de pop, il est brut mais mélodique. Le prochain album mettra davantage en évidence ces deux facettes d’Elevate Newton’s Theory. Toutes nos chansons sont construites sur l’idée du contraste.

Il me semble savoir que vous êtes actuellement en studio avec l’ingénieur live de Dionysos. Qu’apporte t-il à votre travail de studio?

Y: Avec JP, on parle le même langage, il sait en général ce qu’on aime. Il apporte, je pense, comme tout les ingés sons, un avis extérieur quand nous on se prend la tète sur des détails.

K: On a enregistré des maquettes avec lui. Ce qui est bien, c’est qu’on est libre de faire ce que l’on veut et qu’il ne prend pas part à nos décisions. Il s’occupe essentiellement du son et nous conseille sur certains points…

De quoi parlent vos textes?

K: Nos textes ont plusieurs sens. Mais, si l’on cherche, il y a toujours un côté sombre qui reflète mes angoisses… La thématique du moment est plutôt Science Fiction…

Comment s’est faite la rencontre avec On The Ring? Que vous apporte t-il? Quelle est votre part d’engagement (hors mis artistique) par rapport à eux?

Y: On connaissait très bien les gars de On The Ring avant qu’ils fassent le label. On avait déjà fait pas mal de concerts avec leur groupe (Minimum Serious). Ce sont de très bons amis. Ils ont rendu beaucoup de choses concrètes pour nous, comme la sortie d' »Aerostar » et tout le reste…

C: Ils nous ont poussés au cul, je pense que sans eux nous ne serions pas la ou nous en sommes aujourd’hui (bon je sais on n’est pas encore des rock stars mais c’est déjà pas mal…)

Comment se sont passés le concert et la rencontre avec Promise Ring à Paris?

Y: Le concert à été dur, on a eu du mal à rentrer dedans peut-être à cause du long voyage sous la chaleur… Quant à Promise Ring, ils sont gentils mais on n’a pas trop parlé avec eux. Les groupes qui font de grosses tournées vont se reposer quand ils le peuvent et je comprends parfaitement cela. On ne les a donc pas beaucoup vus avant le concert.

K: À la sortie du camion, on était déjà fatigué avant de monter sur scène alors ce fut assez chaotique…

B: Personnellement, je ne les ai pas trouvés sympas. Ils nous ont fait le coup classique des tranches pour la sono (les initiés comprendront).

Vu le nombre de premières parties que vous avez faites, il semble plus facile de jouer et de se faire connaître à l’Est qu’à l’Ouest. Juste

Y: Oui c’est vrai, je pense que c’est parce que les villes de l’Est sont plus proches de Grenoble et sont donc plus sensibles vis à vis de nous. Peut-être que les mentalités interviennent aussi, je ne sais pas.

K: Non, il faut juste que l’on se déplace là bas pour jouer mais c’est loin… Et si tu n’as qu’une date, ce n’est pas top…

B: C’est le mystère géographique du rock n’roll français.

Pensez vous tourner bientôt à l’étranger? Si oui, quels pays désireriez vous visiter et pourquoi?

Y: On aimerait tourner à l’étranger, mais on sait qu’il faut que ce soit avec un groupe étranger car personne ne nous connaît au delà des frontières françaises. Personnellement, j’aimerais beaucoup jouer en Angleterre ou en Suède car ce sont des pays qui ont une culture musicale impressionnante. Mais pour l’instant, c’est déjà assez dur pour nous de tourner dans toute la France.

C: Pour ma part j’aimerais jouer en Angleterre et en Allemagne…… et…. au Japon (ça c’est mon rêve…). Hey pourquoi pas? Laissez moi rêver un peu merde!!….

Vous semblez être assez peu en relation avec des groupes comme Dead Pop Club, Second Rate, Homeboys, Flying Donuts. Pourquoi?

Y: Je crois que c’est parce que l’on n’a jamais vraiment croisé leur route et que l’on se détache de plus en plus de ce style.

K: On connaît un peu Olivier de Dead Pop Club, j’apprécie ce qu’ils font sur scène d’ailleurs, mais c’est vrai que les autres groupes suscités, on ne les a jamais rencontrés.

C: Par contre, nous nous entendons bien avec d’autres groupes comme Dead For a Minute, Short Supply, Feverish, Rhesus….

B: C’est le second mystère du rock n’roll français.

Que faites vous en dehors du groupe?

Y: On gagne notre vie (travail ou études).

K: je fais de l’infographie, de la photo, du badminton…

C: Je suis infographiste moi aussi, je fais des petit boulots pour subvenir, il faut bien vivre en attendant de devenir rock star…

B: Je suis styliste. J’avais une marque « Procapitalist » (c’est Krystofz qui avait trouvé le nom) qui a pas mal marché mais j’ai du arrêter car je finissais mais études de stylisme. Mais là, je relance une nouvelle ligne (« April 77 ») qui sera très branché rock 80…

Quelques lignes d’impro pour la fin…

K: Merci de nous donner la parole même si on n’a pas d’infos croustillantes à te proposer. Allez voir le film « Bowling For Columbine » qui est très très intéressant…Bye!

C: Notre site est enfin à jour avec un mp3 d’une de nos dernières compos, des skins Winamp, des nouvelles photos…

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire