Interview – Downliners Sekt, tapas et infrabasses

Fraîchement débarqués sur InFiné, les espagnols de Downliners Sekt ont récemment signé, avec ‘Silent Ascent‘, l’un des meilleurs albums électro de cette année, célébrant par la même occasion une discographie courant désormais sur une décennie. La basse étant au centre de leurs productions, Fabrizio Rizzin et Pere Solé n’oublient pas de parsemer leurs épaisses textures de micro-détails, et rejoignent alors Machinedrum et même James Blake au rang des confirmés du genre. Ces nouveaux maîtres de l’hypnose ont accepté de répondre à nos questions…

Comment êtes-vous arrivés sur InFiné?

C’est grâce à Cesar Urbina – aka Cubenx – qui nous a découvert en écoutant notre trilogie d’EP sur Disboot. C’est vraiment pendant cette période qu’une connexion s’est naturellement établie avec le label. Notre premier travail fut le remix du track ‘These Days’ de Cubenx, qui marqua le début de notre collaboration avec InFiné.

Vous sentez-vous proches des autres artistes du label, musicalement parlant?

Non, pas vraiment, mais c’est le cas pour la plupart des artistes sur le label. Si tu écoutes bien, il n’y a pas vraiment de liens musicaux évidents à travers les différentes sorties. On aime beaucoup la démarche d’InFiné. Cette ouverture sur des univers complètement différents les uns des autres est une ligne de conduite vraiment courageuse et audacieuse.

Dix sorties en dix ans… Avec vos yeux de 2014, comment voyez-vous l’évolution de votre musique depuis le début? Cette carrière était-elle prévisible?

L’essentiel pour nous a été d’essayer de surprendre à chaque nouvelle sortie. On peut difficilement parler de carrière, mais plus d’une passion, à la limite de l’obsession, qui au fil du temps devient un style de vie. Nous avons toujours progressé en mode ‘ninja’ pour arriver à imposer notre vision, surtout dans un genre dominé essentiellement par les anglais. Il nous a fallu beaucoup de détermination pour se tailler une certaine réputation, et développer un son ‘original’. En tous cas, c’était notre but depuis le début.

Qu’en est-il de votre façon de produire la musique? A t-elle beaucoup changé depuis 2004?

Avec le temps et l’expérience, tu développes inévitablement des nouvelles techniques, c’est un apprentissage progressif et laborieux. Avant, nous faisions toujours le mix en dernier mais, depuis 2011, le mix se met en place empiriquement, dès le départ, par le choix des sons et la mise en place des fréquences. Nous avons une approche artisanale et nous travaillons beaucoup à l’instinct.

Avez-vous déjà une idée de ce à quoi ressemblera le prochain album? 

Difficile d’avoir une idée précise pour l’instant, mais ça part souvent d’une envie, d’une pulsion, d’une sensation de manque qui te pousse à créer, à exister. Le style et la direction arrivent plus tard dans le processus de création.

Pensez-vous ajouter de vrais chants un jour?

C’est une idée qui serait intéressante à développer, pourquoi pas. Mais cela impliquerait de trouver un ‘artiste’ qui colle avec notre univers… Car notre musique n’est pas juste un support pour poser une voix, elle doit rester protagoniste!

Je me demandais… Que signifie Downliners Sekt?

Etre prêt à sacrifier toute son énergie pour essayer de créer un ‘son’ différent, pour sortir de la norme. Downliners Sekt signifie être en marge, se démarquer.

Quels sont les albums que vous écoutez le plus en ce moment?

‘Desesperanza’ des Meridian Brothers, celui de Ratking (des rappeurs de New York avec une attitude et du contenu), ‘Swisher’ de Blondes, ‘Benji’ de Sun Kil Moon, le flamenco psyché 70’s et arabisant de Lole Y Manuel, et ‘Pod’ des Breeders sur lequel joue Britt Walford de Slint

Pourquoi toutes ces photos d’œufs sur votre website?

Référence a la symbolique de Dali peut-être… Mais il faut demander au créateur du site vu qu’il avait carte blanche!

Votre pronostic pour la coupe du Monde?

L’Algérie!

À lire ou écouter également:

,

Une réponse à Interview – Downliners Sekt, tapas et infrabasses

  1. unsaame 26 juin 2014 à 13 h 26 min #

    Tres bon album. Ils ont reussi la ou Burial s’est completement vautre.

Laisser un commentaire