Interview : dDamage (11-2004)

Ils viennent chacun de sortir leur premier album teinté electro hip hop dans un délire expérimental. Ils sont comme cul et chemise ou copains comme cochon. Ils se posent des questions…

Ra: Est ce que vous avez une réponse toute faite pour les gens qui pensent que votre musique (et plein d’autres) est « juste du bruit » ou « juste de la technique »?

dDamage: Le bruit est déjà une musique à la base. C’est l’origine de la musique. Toutes les musiques contemporaines, passées ou futures, sont du bruit. Nous faisons de la musique, nous faisons par définition du bruit. Pour les gens qui pensent que notre musique n’est que du bruit dans le sens « vacarme insupportable », c’est leur façon de l’approcher. Ca ne nous pose pas de problème. Peut être qu ils viendront à notre musique dans quelques années ou que nos prochaines productions leurs plairont…

dDamage: Je trouve que ton album « Raoul Loves You » est trop long. Qu’en penses-tu?

Ra: Je n’ai jamais trouvé un disque, un livre ou un film que j’ai vraiment aimé trop long. Si la qualité est là, je préfère en avoir beaucoup. Si t’aimes pas assez le disque, c’est un autre problème, mais je ne me vois pas dire: « c’est super ça, je pourrais en avoir moins? ». En plus, j’ai impression que les albums commencent à raccourcir, de manière générale. On voit souvent des albums de 40 minutes, voire moins. Je trouve que ça fait du bien d’écouter un album cohérent et long.

Ra: Comment JB aurait tiré son épingle du jeu dans le film « Planet Of The Apes »?

dDamage: Connaissant mon frère, je pense qu’il aurait choisi le personnage d’Orko, qui est très violent et qui réagit de façon très instinctive, très animale. Mon frère est un chaînon manquant, qui a une énergie incommensurable. C’est vraiment un gorille. Il peut pulvériser un roc. Il aime se déguiser en singe pour faire des singeries depuis qu’il est tout petit. « Planet Of The Apes » est un de nos films préférés. Pour le scénario surtout, tiré du bouquin. On recommande fortement tous les films où le singe fait des apparitions intelligentes et brutales (« Monkey Bone », « Planet Of The Apes », « Le peuple Singe », « L’armée des 12 Singes »). Contactez nous par mail sur info@ddamage.org pour notre liste de films de singes.

dDamage: Que penses tu du Roi Heenok?

Ra: Des fois, ma montre vaut plus de 100 dollars, mais des fois elle ne vaut que 3 euros. Sinon pour une explication un peu plus poussée, je pense que les quatre autres réponses couvrent l’ensemble (humour, bling bling, goûts musicaux, 2nd degré, etc…).

dDamage: N’as-tu pas l’impression que Bacon est trop présent dans tes dessins? Pourquoi utilises-tu autant de couleurs et teintes sombres? Tu as participé à pas mal de projets avec nous, et on a toujours voulu égayer un peu ton travail en donnant des couleurs, des idées positives, des scénarios qui se dirigent plus vers une vision enfantine. Je pense que l’homme mature doit, une minute ou deux de temps à autre, voire une heure ou toute une journée par semaine, redevenir un enfant dans son âme et sa façon de choisir. Toi, on dirait que tu as un peu perdu ton âme d’enfant. Qu’en penses tu?

Ra: Vous n’avez pas dû bien regarder mes dessins je pense. Sombre ok, pas de problème, mais il y a aussi de l’humour et du second degré. Mon clip en est un bon exemple, à mon avis. Le final est quand même ultra débile. En ce qui concerne les couleurs sombres, c’est uniquement une envie esthétique, pas spécialement une démarche. En ce qui concerne Bacon, c’est une grande inspiration mais je crois que ça reste assez minime sur le résultat « visible ». Je ne suis pas sûr que tout le monde capte cette influence dans mes dessins. En plus Bacon est un peintre et moi un illustrateur, ça fait quand même une différence.

Ra: Comment ça se passe pour travailler à deux sur un morceau?

dDamage: Jb commence, je termine puis on retouche des morceaux et des détails. Il n’y a pas de règles strictes. Je peux faire un morceau de RudDE (mon projet solo) et le faire écouter à mon frère. Si il est chaud, on le transforme en dDamage, à partir du moment ou il touche la production du morceau initial de RudDE. Et vice versa pour le projet solo de JB (Boulder dDash, signé sur Angelika Koehlermann). On peut bosser sur quatre pistes avec une guitare et un micro, nos synthés analogiques, etc… Tous les deux en home studio aussi. On fait tout à deux.

Ra: Hey…entre nous…vous ne trouvez pas que le rap c’est mort depuis quelques années?

dDamage: Le rap n’est jamais mort. C’est n’importe quoi cette question. Le rap vit et revit à chaque minute… Je ne comprends pas cette question. Elle vient d’un mec qui est trop sombre je pense. Nous, on est optimiste. Le rap, le hip-hop, ça fait partie de notre éducation musicale. C’est une de nos religions. Matez notre playlist sur le site www.ddamage.org, il y a toujours un artiste rap.

dDamage: Tu as des goûts musicaux limités. Tu rejettes des sons de Detroit, de la musique mainstream, du hip-hop. Ce sont tes goûts d’auditeur et je les respecte. Mais ma curiosité d’auditeur me pousse à te poser la question suivante: Timbaland, The Neptunes, Jeff Mills, Lil’Jon, Mobb Deep, etc… Tant d artistes que tu n aimes pas. Pourquoi?

Ra: C’est très étrange comme question. Comme si les goûts musicaux étaient des choix. Je n’ai jamais choisi de ne pas aimer ces gens. Je ne peux pas l’expliquer non plus.

dDamage: Quels sont tes critères de choix de collaborations avec un artiste? Acceptes-tu de bosser avec les gens pour leur musique, leur art et autres, ou est-ce aussi pour faire circuler ton nom?

À partir du moment où je n’ai pas à me trahir, ça me va. Bien évidemment, je refuserais de faire la pochette d’un disque que je déteste, mais la plupart des gens qui veulent travailler avec moi font, à peu de choses près, des choses qui me parlent (ce qui est assez logique finalement, je vois mal Calogero me demander de faire sa pochette). Je n’ai jamais bossé uniquement pour faire tourner mon nom. En revanche, je ne suis pas contre travailler pour quelqu’un qui ne me fascine pas plus que ça. Sinon je pense que vous êtes assez bien placés pour savoir que je bosse pour l’amour de l’art assez souvent.

Ra: Vous préférez Mos Def ou Mouss Diouf?

dDamage: Mouss Diouf, de loin.

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire