Pusha T en 10 titres et pas un de plus

Pusha T en 10 titres et pas un de plus

Le buzz dont bénéficie Pusha T depuis maintenant quelques semaines pourrait tromper le novice, loin d’imaginer que le natif de Virginie, aujourd’hui âgé de 40 ans, est un ancien du rap game. Car c’est au tout début des années 90 qu’il a fait ses débuts, alors qu’il officiait au sein de Clipse, groupe qu’il formait avec son frère No Malice. Repéré par Pharrell Williams, le duo fut parmi les premiers artistes à collaborer avec The Neptunes, et à se voir ouvrir des portes sur la seule foi de ce soutien inespéré : celle du label Elektra qui signa d’abord la fratrie sans grand résultat, d’Arista sur lequel est sorti Lord Willin (premier album produit par Williams et son compère Chad Hugo) en 2002, de Jive qui signa Hell Nath No Fury en 2006 après de longs imbroglios juridiques, et enfin de Columbia qui, en 2009, sortit Til The Casket Drops. Aux crédits, figurait déjà un certain Kanye West.

La superstar du rap et Pusha T ne se quitteront plus. Le Mc de Chicago le signe sur son label G.O.O.D. Music (dont il deviendra président en 2015), lui offre deux apparitions sur son album My Beautiful Dark Twisted Fantasy (2010), et lance officiellement sa discographie solo. La mixtape Fear of God II : Let Us Pray sort en 2011, un premier véritable album (My Name Is My Name) deux ans plus tard, puis l’acclamé King Push – Darkest Before Dawn : The Prelude en 2015.

Censé préparer le terrain de son successeur (King Push, annoncé par l’intéressé depuis de longs mois mais maintes fois repoussé), ce dernier long format de Pusha T sera finalement baptisé Daytona seulement quelques jours avant sa sortie le 25 mai 2018. Ornés de leur pochette choc, une photo achetée 85 000 dollars représentant la salle de bain de Whitney Houston alors que la diva baignait dans la drogue, les sept titres que contient seulement l’album (tous produits par Kanye West) renforcent plus que jamais l’association de ces deux talents. Bien que la plus courte, Daytona est d’ores et déjà considéré comme l’oeuvre la plus aboutie d’un Pusha T qui, de fait, gagne sans forcer une place définitive au panthéon du hip hop US, bien méritée de surcroît si on en croit les obstacles qu’il a du franchir pour en arriver là. Retour sur le chemin parcouru donc, en 10 titres et pas un de plus.

BEST OF


Tags:
No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.