El-P, Killer Mike et Run The Jewels en 10 titres et pas un de plus

El-P, Killer Mike et Run The Jewels en 10 titres et pas un de plus

L’un, Jaime Meline, plus connu du public sous le nom de El-P, s’est impliqué dès son plus jeune âge dans la culture hip hop new yorkaise. C’est à 18 ans qu’il rencontre Mr Len avec lequel il forme Company Flow en 1993, avant d’être rejoint par Bigg Jus. Groupe phare du rap underground et avant gardiste des années 90, le trio vit les beaux jours de Rawkus chez qui il sort le mythique album ‘Funcrusher Plus’. Mais c’est suite à un conflit avec le label que Meline se prend en main, se dégage de toutes obligations en créant Definitive Jux, berceau du hip hop considéré comme le plus intéressant du nouveau siècle à en croire les oeuvres de Cannibal Ox et Aesop Rock qui y ont vu le jour. Company Flow devenu une histoire ancienne, El-P poursuit alors une carrière solo, signant notamment ‘Fantastic Damage’ en 2002, un premier opus confirmant les multiples talents déjà prouvés par l’intéressé. Mc au phrasé technique et singulier, dense et agressif, majoritairement inspiré par la science fiction, il s’impose également comme un producteur de premier rang, reconnaissable grâce à son affection débordante pour les sonorités à la fois futuristes et lo-fi. Cinq ans plus tard, il réitère avec ‘I’ll Sleep When You’re Dead’, comme en 2012 avec ‘Cancer 4 Cure’ (comprenant notamment le titre ‘Tougher Colder Killer’ avec Killer Mike) : deux albums qui l’ont chacun placé sur le front des artistes les plus visionnaires et efficaces du genre.

L’autre, Killer Mike, plus connu par sa mère sous le nom de Michael Render, a fait ses débuts sur l’album ‘The Blueprint 2’ de Jay-Z, mais surtout sur ‘Stankonia’ de Outkast qu’il rencontre au sein de la scène hip hop d’Atlanta. Mais si c’est en 2003 que le Mc sort son premier album ‘Monster’, c’est surtout par le biais de ses participations aux albums des autres qu’il se fait connaitre. Outkast toujours, mais aussi Chamillionaire et T.I. sont de ceux qui l’aident à gagner en popularité, jusqu’aux sorties des deux volumes de ‘I Pledge Allegiance to the Grind’ en 2006 et 2008, et celle poussive de ‘Ghetto Extraordinary’ la même année bien qu’il ait été enregistré en 2005 mais maintes fois repoussé pour de sombres raisons de droit opposant Big Boi à sa maison de disque. Lassé, il rejoint Grand Hustle (label d’Atlantic) en 2008, pour y sortir son quatrième album ‘PL3DGE’ en 2011, puis ‘R.A.P. Music’ un an plus tard qui va donner un nouveau sens à sa carrière en étant intégralement produit par… EL-P.

Après s’être croisé en studio, les deux partent ensemble en tournée pour célébrer leurs derniers albums respectifs. L’alchimie se fait, et le duo concrétise sa collaboration fructueuse en un nouveau projet éphémère baptisé Run The Jewels. Dès 2012, El-P et Killer Mike se mettent donc au travail en vue d’un premier album qui sortira un an plus tard. Porté par une inspiration débordante, le duo décide de donner plus d’importance que prévu à son histoire. Il réédite donc quelques mois après avec ’RTJ2’ (2014), s’offre une petite récréation caritative en revisitant son oeuvre uniquement à base de sons de chat (‘Meow The Jewels’, 2015), et signe un troisième volume à Noel 2016 qui finit de rendre Run The Jewels indispensable dans le décor du hip hop contemporain. Sorte de Beastie Boys des temps modernes, le groupe est acclamé par la communauté hip hop, mais séduit également au delà, notamment chez les adeptes de rock, sensibles à l’efficacité redoutable des productions. Mais le duo n’est pas une explosion sans fond : via Killer Mike notamment – activiste reconnu pour ses engagements sociaux et antiracistes, comme pour régulièrement s’élever contre les violences policières – Run The Jewels se fait également l’ambassadeur d’une jeunesse américaine déboussolée et désolée par la tournure politique prise par son pays.

Alors que le groupe s’apprête à fouler le sol français à l’occasion d’un concert annoncé complet à l’Elysée Montmartre le 7 avril prochain, ce n’est pas un, mais trois best ofs que Mowno vous a concocté : une invitation à se plonger dans le meilleur des discographies respectives de Killer Mike et El-P, et de réviser les titres indispensables de leur association incendiaire, finalement logique au regard du chemin parcouru par chacun.

EN ECOUTE


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.