Best of – Andy Shauf en 10 titres et pas un de plus

C’est en famille, et à l’église aux côtés de ses parents eux-mêmes musiciens, qu’Andy Shauf fait ses premiers pas dans la musique. Mais c’est plus tard que le canadien y trouve véritablement sa voie. Ces sessions inconfortables désormais dans le rétroviseur, c’est derrière une batterie, au sein de groupes pop punk que le jeune autodidacte réalise d’abord son voeu de tracer sa propre route, celle qui allait notamment le mener jusqu’à la discographie d’Elliott Smith. Véritable révélation, l’artiste disparu en 2003 lui ouvrait alors les portes d’un nouveau monde, celui des songwriters tels que Paul Simon, Randy Newman et Neil Young. Andy Shauf n’allait plus jamais faire marche arrière : en 2009, seul avec sa guitare, il arpente les scène de l’Ouest canadien, partageant le plus souvent l’affiche avec des groupes punk ou hardcore. « Je m’attendais chaque fois à me faire botter le cul. Finalement les gens achetaient mes CDs » confesse t-il. Devenu multi instrumentiste confirmé, il passe un cap en 2012 lorsqu’il dévoile toute sa richesse d’instrumentation, comme sa délicatesse palpable sur chacune des chansons de ‘The Bearer Of Bad News’. Sur ‘The Party’, son troisième album tout juste sorti, Andy Shauf nous plonge dans un monde de grâce et d’émotion qui va assurément faire de lui une des grandes révélations de cette année 2016. Un artiste et musicien accompli que les fans de Sufjan Stevens, Wilco, et Iron & Wine doivent s’empresser de découvrir. En 10 titres, et pas un de plus.

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire