Playlists – Le dub à tous les temps

Playlists – Le dub à tous les temps

C’est suite à une erreur de pressage de King Tubby que le dub est né par erreur en 1967, quand Rudy Redwood (du sound system Ruler of Sound) balance un hit des Paragons en version instrumentale. L’accueil unanime du public pousse l’ingénieur à rééditer en proposant quasi systématiquement en face B de chaque single une version amplifiant le couple basse / batterie et atténuant les voix sous divers effets qui traverseront les décennies et incarneront la singularité du genre. Rapidement suivi par quelques homologues comme Errol Thompson, Prince Jammy ou Scientist, King Tubby étend ensuite son talent sur la longueur d’albums que lui confient, tout au long des années 70, des artistes phares de l’époque, comme Lee Perry, Glen Brown, Yabby You, LKJ ou Augustus Pablo. Le genre s’est alors définitivement installé à Kingston, et s’apprête à déferler en Europe.

C’est d’abord en Angleterre que le dub trouve un premier écho, sous les accords de groupes punk comme The Clash, avant que Mad Professor et Adrian Sherwood se l’approprient en l’enrichissant d’une approche nettement plus moderne et parfois plus expérimentale. Dès le début des années 90, le genre prend un virage nettement plus radical et violent en se mariant plus ouvertement avec la musique électronique. De plus en plus éloigné du reggae originel, le dub suinte alors de productions ambient, minimales, ou industrielles en provenance d’une multitude de pays, y compris de France ou on le retrouve notamment en 1997 chez Treponem Pal, avant qu’une véritable déferlante de groupes lui donnent une définition live sous l’appellation novo dub. High Tone, Zenzile, Kaly Live Dub, Lab°, Ez3kiel sont quelques-uns de ceux qui donneront un nouveau souffle au genre, en le confrontant aux musiques orientales, au rock, ou à l’electro dans un contexte novateur qui ne manquera pas d’être longuement décliné au fil de nombreux concerts. Le temps de 70 titres, retour sur l’évolution du dub en trois axes géographiques bien différents.

PLAYLISTS

No Comments

Post A Comment